elhadj

Les conditions d’incarcération Hussein Radjabu durcies.

Alors que la libération du célèbre prisonnier burundais, El Hadj Hussein Radjabu était sur toutes les lèvres, la nuit dernière les conditions de son incarcération ont été plutôt durcies. Ainsi ce mardi 30 décembre 2014 ,vers 23 heures du soir, une fouille perquisition sauvage a été effectuée dans la cellule d’Hussein Radjabu. Au terme de cette opération pour le moins inhabituelle, la police a saisi téléphones et ordinateur du plus vieux prisonnier politique burundais. Ce coup de théâtre a provoqué une psychose d’assassinat du député Hussein Radjabu. Même l’entourage du détenu à l’intérieur de la prison a subi le même traitement.

Qu’est ce qui n’a pas marché dans ce contrat de libération?

D’une source proche du cercle qui décide tout dans la république bananière burundaise, Hussein Radjabu aurait non seulement mobilisé tous ses militants pour une sortie sensentionelle à la Mandela, mais il aurait commencé à menacer certains hommes forts du pays. Dès lors un conseil de guerre s’est  réuni pour constater que si l’ancien président du CNDD-FDD était libéré, son rouleau compresseur de la vendetta risque d’ être  dévastateur. Dès lors l’ordre a été donné de durcir plutôt ses conditions d’incarcération. A la question de savoir quand Hussein Radjabu allait être libéré, un des barons du pouvoir de Bujumbura répondait ce matin du 31 décembre 2014 que seule  les ragots de la rue le libéreront!

Mais qu’en pense l’ADC_IKIBIRI?

L’ADC-IKIBIRI qui n’a cessé de  plaider, avec raison, en faveur de la libération de ce prisonnier politique , a senti  et compris qu’ à sa sortie El Hadj Hussein Radjabu rejoindrait  le CNDD-FDD et non  l’ADC-IKIBIRI. La question que d’aucuns se posent est de savoir si l’UPD de Chauvineau Murwengezo rejoindrait aussi le CNDD-FDD en même temps que son mentor. Une chose est certaine la partie qui est en faveur de cette libération au CNDD-FDD avait beaucoup misé sur ce transfert de l’UPD de Murwengezo vers le CNDD-FDD. Le deal  tient-il  toujours la route? La réponse est à chercher dans les faits et gestes que posera prochainement Monsieur Chauvineau Murwengezo au sein de la coalition.

Andy Nyandwi.

bonne annebur

Meilleurs Voeux 2015

  LES VŒUX DE « MPOREBURUNDI.ORG » POUR 2015.

« MporeBurundi. Org » présente à ses aimables lecteurs, au peuple burundais et aux amis du Burundi ses vœux de bonheur et de prospérité. Que cette année 2015 soit pour le Burundi, son peuple et ses amis,une année d’espoir ; l’espoir d’avoir un Burundi Nouveau où les vertus de la démocratie règneront en maîtres absolus. Puisse cette année 2015 nous offrir un nouveau leadership au Burundi. Un leadership qui aime le peuple burundais. Un leadership qui accordera au peuple burundais l’opportunité d’avoir trois repas par jour. Avec cet acte de sauvetage ce leadership chantera en choeur avec empathie « MPOREBURUNDI », l’hymne d’un Burundi réconforté, d’un Burundi Nouveau.

CITATION DU 30 DECEMBRE 2014

« Quand on a tout perdu, quand on n’a plus d’espoir, la vie est un opprobre et la mort un devoir » Voltaire

CITATION DU JOUR

« Mon unique espérance est dans mon désespoir » Jean Racine

burundidrapo

« LE BURUNDI N’EST PAS LE BURKINA FASO! »

Le chef d’Etat Major Général de l’armée burundaise et le Directeur Général de la police respectivement le général Major Prime Niyongabo et le Commissaire de Police Principal André Ndayambaje ont sorti ce 23 décembre 2014 un communiqué malencontreux où ils déclarent haut et fort qu’ils sont au service du seul parti présidentiel CNDD-FDD et non au service de tout le peuple burundais. Prenant fait et cause pour le CNDD-FDD, ils ont ouvertement menacé l’opposition qui ne demandait que des élections dénuées de toute fraude.

Dans leur élucubrations pamphlétaires les deux hauts gradés, comme les nomme mon confrère Rukindikiza Gratien, ont déclaré à tort que « le Burundi n’est pas le Burkina Faso »!  Voulaient-ils se donner bonne conscience? Certainement. Car, dans son article « Les leçons de Ouaga »,  Jeune Afrique no.2809 conclu que  » la poignée des chefs d’Etat confrontés au même défi constitutionnel que Blaise Compaoré (ont) été ébranlés par la chute brutale de ce dernier… Le test burkinabé a été vécu par eux comme un avertissement sans frais, et par les opposants comme une source d’inspiration. » Plus loin le journal cite le cas du Burundi en ces termes « Le prochain test-le Burundi, où Pierre Nkurunziza souhaite se succéder à lui même en interprétant à sa manière la constitution- est dans neuf mois ». L’autre comparaison que nos deux nouveaux  porte parole du CNDD-FDD devraient retenir est que Compaoré tout comme Nkurunziza refusait de recevoir les diplomates ou les conseillers qui lui recommandait de laisser tomber le troisième mandat.

Cependant une différence notable entre le Burkina Faso et le Burundi crève les yeux. Et pour cause Blaise Compaoré était présenté par le même journal, comme un fin stratège qui a passé près de la moitié de sa vie au pouvoir, toujours informé de ce qui se trame aux quatre coins du continent. Mais je ne citerai pas les mêmes qualités du côté Burundais. En outre une différence majeur que le général major Prime Niyongabo doit retenir est que l’armée burkinabaise est uni. C’est d’ailleurs pour préserver cette unité de l’armée que le Général Honoré Nabéré Traoré, chef d’Etat -major des armées ainsi que le tout puissant général Gilbert Diendéré, commandant du Régiment de la Sécurité Présidentielle et coordinateur des services de renseignements ont refusé d’exécuter les ordres du président Compaoré. Pour eux le choix est clair  » l’essentiel est de préserver l’unité de l’armée ». Est ce que Prime Niyongabo et Ndayambaje peuvent confirmer que cette unité existe au sein des corps de défense et de sécurité surtout en ce moment de crise politique latente? Je répondrai par la négative.

Dès lors il serait sage de cesser de travestir votre noble mission de gardien du temple Burundi en refusant ce nouveau rôle de porte parole du CNDD-FDD. Même Onésime Nduwimana, le préposé à ce poste, parle de moins à moins! Hatungimana Léonidas, le porte parole du président Nkurunziza est aux abonnés absents! Prenez plutôt un avion vers Ouagadougou où vous aurez des choses à apprendre au près de généraux Traoré et Diendéré. L’ADC-IKIBIRI conscient qu’après le Burkina Faso, c’est le Burundi, il a déjà dépêché un émissaire à Ouaga. A vous le tour, mon Général! « N’attendez à demain »,comme dirait ce poète!

Pancrace CIMPAYE

CITATION DU JOUR

« Renoncer à sa liberté, c’est renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs.

(…) Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l’homme… » Jean Jacques Rousseau

moise_katumbi_0

RDC: Moise Katumbi sera-t-il candidat à l’élection présidentielle?

La petite phrase du gouverneur du Katanga suscite de nombreuses réactions politiques. De retour à Lubumbashi après deux mois d’absence, Moise Katumbi a utilisé une image empruntée à l’univers du football, cher au promoteur du tout puissant Mazembe. Cette figure de la majorité présidentielle a évoqué « deux penalties acceptés, mais un troisième qui pourrait inciter le public à descendre sur le terrain ».

Ces propos ont été perçus comme une mise en garde à l’égard de Joseph Kabila, le chef de l’Etat qui est en train de finir son deuxième et dernier mandat constitutionnel.

L’UNC se félicite que le cercle de ceux qui disent non à un troisième mandat pour Joseph Kabila s’élargisse. « C’est un grand signal, il s’agit du gouverneur de la province d’origine du chef de l’Etat », déclare Vital Kamerhe, le président de ce parti d’opposition. « Les jours de Kabila sont comptés, on donnait le Katanga acquis au président et on a la confirmation que ce n’est plus le cas », renchérit Félix Tshisekedi, le secrétaire national aux relations extérieures de l’UDPS.

Pour Martin Fayulu des FAC, Forces acquises au changement, avec cette déclaration, Moise Katumbi a sans nul doute claqué la porte de la majorité présidentielle. Preuve, selon lui, que le camp de Joseph Kabila se vide.

L’un de ceux qui a justement fait défection, le président du parti Solidarité congolaise pour la démocratie, Jean-Claude Muyambo, estime pour sa part que la petite phrase du gouverneur du Katanga était certes un appel à la population à refuser un troisième mandat pour Joseph Kabila. Mais que cela ne signifie pas que Moise Katumbi est prêt à quitter le parti présidentiel. Il faut savoir si la majorité peut se concilier ou pas avec sa position, explique-t-il.

Du côté de la majorité justement, peu de commentaires, tout juste quelques critiques à l’égard de Moise Katumbi qui a toujours laissé planer le doute sur une éventuelle candidature à la présidentielle face à Joseph Kabila en 2006, en 2011, avant de se ranger derrière le chef de l’Etat. Mais, le porte-parole de la majorité, Sébastien Luzanga, promet une position officielle dans les prochains jours.

Untitled-1

L’ADC_IKIBIRI S’ORGANISE, LA DICTATURE DE NKURUNZIZA TREMBLE!

Du 24 au 27 Novembre 2014, le collège des présidents de l’Alliance des Démocrates pour le Changement  au Burundi s’est réuni à Kampala pour peaufiner les stratégies et la feuille de route des élections générales de 2015.Au terme de cette réunion Monsieur Alexis Sinduhije, président du MSD a été chargé d’organiser une rencontre des jeunes de la coalition. Cette rencontre vient d’avoir lieu du 20 au 23 décembre à Kampala.

Les deux rencontres ont semé la panique au sein de la majorité présidentielle. En effet les services de renseignement burundais, qui ne tolère pas  toute réunion de l’ADC, ont déployé une armée d’agents pour perturber ces rencontres sans succès.Ils sont tous rentrés à Bujumbura bredouilles avec une dent contre l’agent basé à Kampala. Celui-là devrait être limogé d’après les sources proches de Bujumbura.Au delà de cette incapacité notoire des services secrets burundais,ces deux rencontres ont révélé que l’ADC-IKIBIRI est très organisé et possède des ressources que la dictature de Bujumbura n’avait jamais soupçonnées. Surpris par cette force tranquille, le président Nkurunziza aurait décidé d’accélérer le processus de libération de l’ancien président du CNDD-FDD, le député Hussein Radjabu. Cette libération qui renforcerait le camp Nkurunziza en détresse, devrait intervenir avant la fin de cette année. En revanche la même dictature de Nkurunziza vient de relancer l’arrestation, par tous les moyens,du leader du MSD, Monsieur Alexis Sinduhije. Mort ou vivant. Bujumbura réalise de plus en plus que cet homme politique est le coeur de l’ADC-IKIBIRI; son arrestation ou son assassinat condamnerait à mort cette coalition de l’opposition, se dit-il.

De tout évidence Nkurunziza a peur de perdre le pouvoir! Il a peur des élections inclusives. Et il pense à tort que la prison ou l’assassinat d’Alexis Sinduhije peut le sauver. Et moi je pose la question suivante:  » Monsieur le Président de la République, comment pouvez- vous un seul instant penser que vous pouvez organiser des élections sans la participation d’Alexis Sinduhije? »

Pancrace CIMPAYE

CITATION DU JOUR

« Le meilleur moyen de renverser un gouvernement, c’est d’en faire parti » Talleyrand

La jeunesse de l’ADC-IKIBIRI en ordre de bataille.

Du 20 au 23 décembre 2014, les représentants de la jeunesse réunis au sein de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ADC-IKIBIRI se sont réunis à Kampala sous la direction du Président du MSD, Monsieur Alexis Sinduhije. L’objet de la réunion était d’analyser les menaces qui pèsent sur le processus électoral. A l’agenda était aussi inscrit la mise en place  d’ une structure de direction de ce collectif de la jeunesse de l’opposition. A ce titre Monsieur Nkurunziza Patrick du FRODEBU a été élu par ses pairs pour présider à ce collectif.  Le porte parole de cette jeunesse est Gahungu Patrice de l’UPD. Cette structure renferme aussi la Vice-Présidence ,le Secrétariat Exécutif ainsi que des commissions techniques.

En définitive cette jeunesse de l’ADC-IKIBIRI est rentré de Kampala avec un bagage suffisant pour affronter tous les défis qui tournent autour des élections de l’an prochain.

Pancrace CIMPAYE

CITATION DU JOUR

 » Il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle Assemblée Nationale pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent » Proudhon

joyeux-noel-2011

Joyeux Noël

MporeBurundi.org vous souhaite un Joyeux Noël.

CITATION DU JOUR

« Je ne suis pas un libérateur. Les libérateurs n’existent pas. Le peuple se libère lui-même » Ernesto Che Guevara

Le processus électoral burundais est en panne. Que faire?

L’enrôlement des électeurs a été caractérisé par une fraude massive. Et le Président Nkurunziza doit tirer de ce fiasco les conséquences qui s’imposent. Annuler cet enrôlement est la seule voie qui peut relancer le processus électoral. En outre comme l’exigeait la déclaration de Kampala de l’ADC-IKIBIRI, la CENI doit tirer sa révérence. C’est la même démission qui vient d’être exigée par dix huit partis politiques de l’opposition cette semaine. Quant à la société civile, plus de deux cents associations viennent de réclamer ce jeudi 18 décembre 2014 l’annulation de cet enrôlement faute de quoi ils demandent au peuple burundais de descendre dans la rue.

Est-ce cette pression qui vient de pousser la CENI à prévoir une réunion ce lundi 22 décembre 2014 autour de la problématique du fiasco de l’enrôlement? De toute évidence si la CENI veut faire des yeux doux à la classe politique de l’opposition, c’est trop tard!  C’est raté! En effet les bourdes à répétition, l’arrogance et le mépris des membres de cette institution à l’égard de l’opposition ont fini par confirmer avec force qu’ils ne roulent que pour le pouvoir en place. Mêmes certains sceptiques de la communauté internationale ont fini par comprendre que leur partialité  est  très affichée.

Ce lundi l’opposition en général et l’ADC-IKIRI en particulier ne demandera que le départ de la CENI et une négociation directe avec le pouvoir. Cette négociation  devrait porter sur les modalités d’organiser des élections libres ,transparentes et surtout inclusives. Sans oublier la mise en place d’une nouvelle CENI. Le refus de ce contact direct risquerait de compromettre le sauvetage de ce processus électoral en panne.

(Sé) Pancrace CIMPAYE

CITATION DU JOUR

« Nous  ne sommes pas encore libres, nous avons seulement atteint la liberté d’être libres » Nelson Mandela

sinduhij

« Le processus électoral est en danger et un danger pour mon pays « , dixit Alexis Sinduhije!

Après la période d’enrôlement empreint de beaucoup d’irrégularités, MporeBurundi a tendu le micro au  président du MSD, Monsieur Alexis Sinduhije. Il donne la lecture des faits et gestes qui sont autour du processus électoral. Il revient sur la déclaration de Monsieur Rwasa Agathon de quitter l’ADC-IKIBIRI…

MporeBurundi: Monsieur le président du MSD quelle lecture faite vous de l’état d’avancement du processus électoral?

Alexis Sinduhije: L’organisation des élections de l’année prochaine est en train de se faire pour le compte du seul CNDD-FDD avec une CENI sourde aux revendications de l’opposition, une CENI totalement au service du parti présidentiel. C’est dire que les élections qui excluent, une CENI à la solde de la majorité présidentielle ne peuvent que conduire le pays vers le chaos. Ces élections, si on n’y prend pas garde risque de déboucher sur un drame.

MporeBurundi: Pourtant le président de la république rassure que le processus électoral se fait parfaitement, la CENI confirme que tout va pour le mieux….

Alexis Sinduhije: ( rires) J’ai attentivement suivi ce discours du président Nkurunziza, l’impression que j’ai eu est que le chef de l’Etat est sur une autre planète! Comment voulez-vous qu’il parle d’un processus électoral parfait au moment où les cartes d’identité se distribuent  au sein des permanences du parti CNDD-FDD, au sein des écoles! Comment parler d’un processus électoral parfait au moment où  la justice instrumentalisée veut  barrer la route aux hommes politique de l’opposition par des dossiers politiques inventés de toute pièce! De la même manière ce processus ne peut pas être crédible si Bujumbura nous refuse de rentrer participer pleinement aux élections. Comment parler d’un processus électoral parfait avec cette milice armée Imbonerakure qui terrorise la population! Pensez un seul instant à cet arsenal des armes découvert à Buterere dans une maison dite de la documentation  et dites moi si tout va bien! Bref pour moi, ce processus électoral taillé à la mesure du CNDD-FDD est en danger et un danger pour mon pays.

MporeBurundi:  Rwasa Agathon a récemment quitté l’ADC-IKIBIRI et se plaignait qu’il était exclu de certaines décisions ou réunions comme celle de Kampala. Q’en dites-vous? Ce départ n’est pas une perte pour votre coalition?

Alexis Sinduhije: Ce qui est pénible dans tout  ce que Monsieur Rwasa Agathon a déclaré, c’est le mensonge; un mensonge ahurrisant et indigne d’un homme politique qui ambitionne de diriger le Burundi. Comment peut-il oser déclarer sur les ondes des radio qu’il n’a pas été convié à cette réunion de Kampala alors que nous avons attendu plus d’une semaine sa réponse mais sans succès? C’est le même mensonge qu’il donne quand il justifie l’absence du FNL à la réunion de Caux en 2012 alors que pendant plus de trois heures les organisateurs de cette réunion ont tenu à rencontrer deux émissaires de Rwasa à Bruxelles. L’adage burundais  dit à juste titre ceci  » Hakubana n’umubeshi wobana n’umurozi » (NDLR: il vaut mieux vivre avec un sorcier qu’avec un menteur), c’est dire que nos ancêtres ont toujours eu horreur des menteurs. Q’un tel personnage quitte le navire ADC-IKIBIRI , je ne vais pas fondre en larmes de chagrin.

Propos recueillis par Andy Nyandwi