Dix ans au pouvoir, pas plus!

Depuis presque un demi siècle, le Burundi est un des rares pays de la région qui n’a jamais connu un régime qui dure plus de dix ans. A ce titre rappelons que 10 ans après le pouvoir de Michel Micombero , le Colonel Jean baptiste Bagaza a pris les reines du pouvoir; 10ans après le major Pierre Buyoya a évincé Bagaza. Quant à Buyoya, il durera 6 ans au pouvoir avant de laisser la place au premier président démocratiquement élu en 1993, Monsieur Melchior Ndadaye.

Soulignons à toutes fins utiles  que quand Micombero est parti, la grande majorité de burundais étaient en liesse! Quand Bagaza est parti , la grande majorité de burundais étaient en liesse! Quand Buyoya est parti, une large majorité de la même population était en liesse! La fin du règne des trois premiers présidents burundais coïncidait avec une lassitude, des déboires d’où cette allégresse quand il y avait un changement.

De cette vérité historique, le Président Nkurunziza devrait comprendre qu’au delà de dix ans, il ne peut pas faire des merveilles. Après une décennie, les burundais ont toujours salué l’arrivée d’un nouveau régime. Pourtant au même moment, au Zaïre, au Rwanda,au Kenya ou en Uganda on se contentait d’un seul homme pendant plus de dix ans. C’est cette tradition d’une décennie au pouvoir qui aura certainement inspiré les négociateurs d’Arusha qui ont fixé » qu’aucun burundais ne pouvait présider aux destinées du Burundi pendant plus de dix ans ». Nkurunziza, le Président sortant   et ses amis doivent comprendre cette philosophie et s’y conformer. Ils doivent se rendre à l’évidence, cette foule immense en liesse, qui a salué la libération de Bob Rugurika n’avait que ce seul message du changement.

Pancrace CIMPAYE

CITATION DU 22 JANVIER 2015

« A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis. » Martin Luther King