Le Président Pierre Nkurunziza au coeur de l’armement de la milice Imbonerakure.

Au lendemain de la découverte des agissements du Lieutenant général Nshimirimana Adolphe au sud du Burundi, où il est en train de mettre en place une rébellion, Mpore Burundi a décidé de republier l’article du 19 novembre 2014 qui met à nu l’implication du président Nkurunziza dans ce plan:
« Le 19 avril 2014 le Président de la République, Monsieur Pierre Nkurunziza rencontrait à Ngozi tous les représentants de la milice Imbonerakure à travers tout le pays. Une onde de stupeur a traversé tout le pays. La question à la quelle même son porte parole n’a pas pu répondre convenablement était de savoir comment le commandant suprême des forces de défense et de sécurité burundaise pouvait oser réunir une milice au grand jour. A ceux qui doutaient encore de la teneur du message délivré ce jour-là, sachez que  la mission de déstabiliser les élections(avant ,pendant et après) par les armes suit son cours.

C’est ainsi qu’en date du 25 septembre 2014, une distribution des armes a été effectuée au palais présidentiel. Ce jour-là, des représentants des dix sept provinces du Burundi se sont succèdés de 11 heures à 16 heures. Les hommes qui supervisaient la distribution étaient:

1. Le Général de Brigade Juvénal Niyungeko alias Kiroho

2. Le ministre de la Sécurité Publique

3. Kazungu de la Documentation

4. Victor Burikukiye, Vice-Président du parti présidentiel.

Voici la quantité des armes distribuées par province: Bujumbura Rural (1004 fusils); Mwaro (401 fusils); Bubanza (315 fusils); Cibitoke (287 fusils); Kayanza (500 fusils); Ngozi (1500 fusils); Kirundo (300);  Makamba (350); Rutana (300); Ruyigi (306); Cankuzo (159); Muyinga (202); Gitega (220); Muramvya (200); Bururi (306); Karusi (296); Mairie de Bujumbura (1608).

Le jeudi 2 octobre 2014, le Président de la République Monsieur Pierre Nkurunziza  a tenu une réunion d’évaluation de la distribution de ces armes à son palais. Il réunissait tous les représentants provinciaux, responsables de cette distribution. Il les a chaleureusement remerciés du travail accompli et a promis une récompense conséquente. A ce titre chaque représentant provincial devra bénéficier de 10 millions de francs burundais pendant que chaque milicien armé aura un salaire mensuel de 100 milles francs burundais. Signalons à toutes fins utiles que l’enveloppe prévue pour toute cette opération est de 192 millions de francs burundais.

En tout état de cause, la communauté internationale devrait convaincre à temps le Président Nkurunziza d’abandonner ce projet macabre de verser le sang des innocents pour garder le pouvoir. En effet au regards du mouvement de plus en plus inquiétant de cette milice à travers le pays et en mairie de Bujumbura, la situation risque de cheminer vers une implosion. Et pour cause la population sans défense commence à exécuter certains de ces miliciens. Une telle confrontation ne présage rien de bon! Dès lors une mise en garde contre Nkurunziza s’impose  dans les meilleurs délais! »

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

CITATION DU 25 MARS 2015

 » Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir » Jean-Paul Marat

Pour contacter la galaxie de la milice du président Nkurunziza…

Adolphe Nshimirimana, le chargé de mission du Président Nkurunziza, redevenu en réalité le véritable patron des services secrets burundais est en train de mettre en place une rébellion au Sud du Burundi. Ces agissements rapportés par la Radio Publique Africaine et confirmés par la population locale de Makamba rentrent dans un plan mis en place,depuis l’année passée, par le Président Nkurunziza et son club pour imposer son troisième mandat.
Pour rappel le 25 septembre 2014 de 11h à 16 heures, une distribution des armes a été effectuée au palais présidentiel. Le 2 octobre 2014 de 11h à 13 heures 30 minutes, le chef de l’Etat Nkurunziza Pierre en personne, a réuni certains représentants provinciaux de la milice pour évaluer l’état de l’opération de distribution des armes. Voici la liste de ces relais qui assistaient à la réunion et leurs numéros de téléphone:
1. Bubanza: Nitunga Aster (tél. 77734142);
2. Bujumbura-Rural: Ciza Philippe ( tél.79889782);
3. Bururi: Budunugu Gédéon (Il a refusé de donner son numéro);
4. Cankuzo: Havyarimana Juvénal (tél.77793383);
5. Cibitoke: Tubirabe Ruben (tél.79457175);
6. Gitega: Sindayihebura Sylvestre (tél.79935504 ou 78288829);
7. Karusi: Bavakure Domitien (tél.77757463);
8. Kayanza: Ndikumana Vianney (tél.77758652 ou 79989311);
9. Kirundo: Macumi Daniel (tél.79848683);
10. Makamba: Nibayubahe François (tél.79777955 ou 79360412);
11. Muramvya: Mbazumutima Laurent (tél. 79338252);
12. Muyinga: Misago Blaise-Pascal (tél. 79831072 ou 79360412);
13. Mwaro: Nduwayo Longin (tél. 79 311979);
14. Ngozi: Hiboneye Dieudonné (tél.79928184);
15. Rutana: Habonimana Nestor (tél.79483322);
16. Ruyigi: Hatungimana Pontien (tél.77712515);
17. Mairie de Bujumbura: Yengayenge Côme (tél.77746066).
Il sied de préciser que ce jour-là cinq numéros téléphoniques fixes ont été donnés à ces relais provinciaux. Il s’agissait des contacts de la cellule d’appuie située à la présidence de la république joignable au 22212947/ 22242178/ 22250818 et la cellule chargée de l’armement joignable au 22224921 ou au 22244820.
En tout état de cause le président Pierre Nkurunziza s’est préparé depuis longtemps à mener la guerre contre tout homme qui s’opposera à sa reconduction. Le monde ne devrait pas prendre à la légère la menace d’un bain de sang que Nshimirimana Adolphe a annoncé le 7 mars devant un parterre de jeunes Imbonerakura. Persoone ne dira qu’il n’était pas au courant de l’apocalypse.

Caton Nyabenda.