CITATION DU 29 AOUT 2015

« Etre fort, ce n’est pas rabaisser les autres; c’est les aider à progresser » Barack Obama

CITATION DU 28 AOUT 2015

« Si un peuple a les seuls gouvernements qu’il mérite, quand mériterons-nous de n’en avoir pas? » Paul-Jean Toulet

Au_XNDNSFXzseaLb7qtXyMaw_Dm-TZNY-INV9pB5l1Nm

NKURUNZIZA III: DIRIGER A PARTIR D’ UNE CAGE BLINDEE.

Depuis que Nkurunziza Pierre tente de s’imposer par tous les moyens pour diriger le Burundi à vie, il a une peur bleu de se montrer en public. Tout commence par la célébration du 53ème anniversaire de l’indépendance du Burundi. En effet le 1er juillet 2015, Nkurunziza a assisté aux cérémonies derrière une vitre blindée. Cette hantise d’être exécuté a atteint son paroxysme quand il a organisé les cérémonies de son investiture à la sauvette ce 20 Août 2015; les cérémonies initialement prévues au 26 Août ont été improvisées six jours avant, juste pour échapper à un éventuel attentat. Les corps constitués ont été  conviés à l’évènement le matin à partir de 7 heures du matin. Au cours de ces festivités on a vu Nkurunziza sous le poids d’un gilet anti balles de plus de cinq kilos mal à l’aise. Deux jours après cette intronisation Nkurunziza, incapable d’assister aux funérailles de son bras droit Adolphe Nshimirimana, s’est contenté de venir à la morgue pour jeter un coup d’œil furtif au cercueil du défunt. Caché derrière un rideau de sa garde il a dû se mettre sur la pointe des pieds pour jeter ce coup d’œil ( Voir photo en haut, Nkurunziza derrière, à droite de la photo) ;  son visage transpirait la frousse de mourir! D’une source proche du palais présidentiel, Nkurunziza , par peur d’être attaqué par les éléments de sa propre garde, passe des fois la nuit chez des particuliers à Bujumbura.

Voilà pourquoi il chercherait à recruter des mercenaires pour assurer sa garde. Mais cette perspective qui engloutit des sommes d’argent colossales ne manquera pas de susciter le courroux des force de défense et de sécurité burundaises qui peinent à recevoir leur solde. De toute évidence sa majesté Nkurunziza III est entre le marteau et l’enclume. Conscient qu’il est l’homme le plus hait de la République du Burundi, il est tétanisé par un pouvoir qu’il veut garder de force dans un environnement sécuritaire qu’il est loin de maîtriser.

Dès lors la question qui se pose est de savoir comment il va diriger le Burundi enfermé dans une cage blindée! Comment va t-il jouer au foot dans une cage blindée?Comment va t-il vaquer à ses travaux communautaires dans une cage blindée? Pour sortir de ce piège Nkurunziza III n’a d’autre choix que de négocier avec le CNARED une voie de sortie honorable. S’il négocie à temps, il pourrait sortir par la grande porte! A lui de prendre la main tendue par le Président du CNARED.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

 

burundi manifestations nkurunziza répression bujumbura_0_1

Appel à la désobéissance civile au Burundi

L’ultimatum fixé par l’opposition pour la démission de Pierre Nkurunziza expire ce 26 août, date de la fin du second mandat du président burundais. Le CNARED appelle la population à poursuivre les manifestations.

Ecouter sur dw.com

« C’est la population qui nous pousse à lancer cet appel » (Léonidas Hatungimana)

Le CNARED, la nouvelle plate-forme réunissant une partie de l’opposition burundaise, avait explicitement indiqué qu’elle ne reconnaîtrait plus Pierre Nkurunziza comme président de la République du Burundi, à partir de ce 26 août, date de l’expiration de son deuxième mandat. Écoutez les précisions d’Eric Topona.

CITATION DU 25 AOUT 2015

« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime! Il est complice. » George Orwell

image-mpore

CNARED | COMMUNIQUE: la mise sur pied des organes

A la suite de la réunion du Directoire National du CNARED tenue en date du 18 Août 2015 dont l’ordre du jour était la mise sur pied des organes prévus par l’Acte Constitutif, le Président du CNARED, porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale la composition du Bureau du CNARED :

    1. Président : Honorable Léonard NYANGOMA
    2. Premier Vice-président : François NYAMOYA
    3. Deuxième Vice-président : Onésime NDUWIMANA
    4. Secrétaire Exécutif : Pacifique NININAHAZWE
    5. Secrétaire Exécutif Adjoint : Frédéric BAMVUGINYUMVIRA
  • Commission Politique, Processus de Paix et Mobilisation Intérieure :

 

    1. Président : Honorable Bernard BUSOKOZA
  • Commission Diplomatique :

 

    1. Président : Honorable Gervais RUFYIKIRI
  • Commission Sécurité :

 

    1. Président : Alexis SINDUHIJE
  • Commission Finances :

 

    1. Présidente : Euphrasie BIGIRIMANA
  • Commission Communication et Information :

 

    1. Président : Jérémie MINANI
  • Commission Droits de l’Homme, Justice et Solidarité avec les Sinistrés :

 

    1. Président : Vital NSHIMIRIMANA
  • Conseillers et Envoyés Spéciaux du Président :

 

  1. Les anciens Chefs d’Etat ;
  2. Le Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Pie NTAVYOHANYUMA
  3. Les Anciens Présidents de l’Assemblée Nationale
  1. Porte-parole : Chauvineau MUGWENGEZO
  2. Porte-parole adjoint : Pancras CIMPAYE

Chaque Commission comprend également un Vice-président, un Secrétaire et autant de membres que de besoin.

 

 

 

Bruxelles, le 20 août 2015

 

Hon. Léonard Nyangoma

President

 

 

image-mpore

CNARED | COMMUNIQUE SUR LE COUP D’ETAT DU PRESIDENT SORTANT PIERRE NKURUNZIZA CONTRE L’ACCORD D’ARUSHA ET LA CONSTITUTION.

Malgré tous les appels à la raison lui adressés par la Communauté nationale et internationale au respect de l’Accord d’Arusha et de la Constitution, le Président sortant Pierre Nkurunziza vient de franchir le rubicon en opérant un coup d’Etat contre l’Accord d’Arusha et la Constitution à l’occasion d’une comédie de prestation de serment.

 

De ce fait accompli, le CNARED :

 

  • Ne reconnait naturellement pas Pierre Nkurunziza comme Président de la République du Burundi ;
  • est toutefois disposé à discuter avec lui-même les conditions et les modalités de son départ et de l’organisation de la transition sans lui ;
  • dans le cas contraire, prendra d’autres mesures qui s’imposent pour sauver la Nation de cette dérive totalitaire ;

 

  • appelle la population à rester calme face à cette provocation de plus, et à rester cependant vigilante face à la brutalité institutionnelle qu’augure ce coup de force.

 

Par ailleurs, le CNARED appelle les Nations Unies, l’Union Africaine, la Communauté Est Africaine, l’Union Européenne, les Etats Unis d’Amérique et l’ensemble de la Communauté internationale à :

 

  • continuer à soutenir la population burundaise dans cette tragique épreuve en ne reconnaissant aucune institution issue de la mascarade électorale de cette année ;
  • contraindre le Président sortant à négocier son départ.

Fait à Bruxelles, le 20/8/2015

 

Hon.Leonard NYANGOMA

                                                                       Président

 

                                                                                                      

Pourquoi Nkurunziza doit- il raser les murs pour prêter serment?

Les invitations avaient été lancées pour la prestation de serment de Monsieur Pierre Nkurunziza au 26 Août 2015. Hier soir, le personnel qui préparait la salle des congrès  de Kigobe à cet effet n’avait pas encore fini les travaux. Mais toute la nuit du 19 au 20 Août 2015 une équipe inconnue de ce personnel  a parachevé les travaux. Et ce matin la salle est prête pour consommer le coup de force contre l’Accord d’Arusha pour la paix et la Réconciliation au Burundi. Le coup d’Etat rampant va être consommé ce 20 août à 10 heures du matin.  Nkurunziza va s’autoproclamer ,à la va vite, Président à vie du Burundi.

L’invitation à ce spectacle a été opérée par téléphone depuis 7 heures du matin. Un ami officier me confiait ce matin:  » On me demande de me présenter à Kigobe en grand tenue. Mais on ne m’a pas dit à quelle occasion! » Quant à l’ancien Chef d’Etat Sylvestre Ntibantunganya, il me confirme la nouvelle, parce qu’il venait d’être contacté par téléphone à 8h30. A t-on lancé la même invitation téléphonique aux pairs de la région? Manifestement même le 26 Août, il n’y a pas un seul chef d’Etat qui allait assister à ce cinéma.

Pourquoi Nkurunziza doit raser les murs pour s’autoproclamer Président à vie du Burundi? La raison majeure est qu’il redoute le Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation et de la Restauration de l’Etat de Droit qui est en ordre de bataille depuis ce 17 Août 2015. En effet le CNARED qui vient de se doter de toute la structure donne la chair de poule  au despote Nkurunziza. Ce dernier répète à qui veut l’entendre  qu’il ne négociera pas avec le CNARED mais avec Rwasa Agathon. L’autre raison qui le pousse à la précipitation est la déstructuration des forces de défense et de sécurité qui deviennent une menace pour sa sécurité. Le roi ne sait plus à qui se fier à l’armée. Il fallait surprendre! Pour déjouer tout complot il fallait improviser! Pourra t-il diriger le pays longtemps par des programmes improvisés ou derrière une vitre blindé? Difficile de confirmer. La sagesse de nos ancêtres est claire à ce propos:  » Ukwiba ingoma ntibigoye nko kuronka aho uyivugiriza! » Au terme de la prestation de serment de ce 20 Août 2015, Nkurunziza n’aura pas d’autre choix que de raser les murs, et Léonard Nyangoma à la tête du CNARED devient le gardien du temple Burundi. Le CNARED devient ipso facto la sentinelle du Burundi, et une alternative au chaos que promet Nkurunziza Pierre.

(Sé) Pancrace CIMPAYE

Quelle est la structure du CNARED?

Depuis trois jours une fièvre de spéculation sur la composition de la structure du » Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la Réconciliation au Burundi et la Restauration de l’Etat de Droit » a frappé tous les réseaux sociaux. Cette manifestation est une preuve évidente que tous les yeux sont rivés sur cette organisation; tous les espoirs de restaurer un Etat de droit au Burundi sont attendus au CNARED; cette fièvre est aussi une manifestation de l’impatience d’un peuple qui se meurt, un peuple au bout de ses forces.

C’est pour apaiser cette soif que MPORE BURNDI est allé à la vraie source pour s’enquérir de la situation à ce sujet. Nous avons pu décrocher la structure du CNARED mais la case des hommes et des femmes sera remplie par le Président Léonard Nyangoma. Voici la structure du CNARED ( qui peut être amendée à tout moment):

  1. Le directoire du Conseil ( qui est comme l’Assemblée générale ou l’Assemblée Nationale);
  2.  Le Président du Conseil: L’Honorable Léonard Nyangoma. Il aura dans son cabinet entre autres des conseillers spéciaux. Il s’agit des anciens présidents et le président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Pie Ntavyohanyuma. Dans le même cabinet il y aura le porte parole et son adjoint.
  3. Le premier Vice-président;
  4. Le Deuxième Vice-Président;
  5. Le Secrétaire Exécutif et son Adjoint;
  6. Les commissions. Elles sont à 6.Mais il y aura autant de commissions que de besoin. Chaque commission a un bureau composé par le président, le vice-président et le Secrétaire. Voici la dénomination des commissions: 1°La Commission politique, processus de paix et mobilisation.2°La Commission diplomatique et diaspora. 3°La Commission Sécurité.4°La Commission des Droits de l’homme, justice et Solidarité avec les sinistrés. 5°La Commission des finances. 6°La Commission communication et information.

Telle est la charpente du CNARED. Les techniciens appelés à remplir la noble mission de conduire la locomotive de la restauration d’un Etat de droit seront annoncés dans un futur proche.

Andy NYANDWI.

 

MOTION DE SOUTIEN AU CNARED.

Le 1er Août 2015 à Addis Abeba l’opposition burundaise et la société civile ont mis en place, Le Conseil National  pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et la Restauration de l’Etat de Droit, CNARED en sigle, une plateforme qui constitue une alternative à l’oligarchie de Pierre Nkurunziza. Comme son nom l’indique l’objet de cette plate forme est la restauration d’un Etat de  droit au Burundi et le respect de l’esprit et de la lettre de l’Accord d’Arusha pour la paix et la Réconciliation au Burundi.  D’une source autorisée, nous apprenons que le  Président du  CNARED, l’Honorable Léonard Nyangoma a fini les consultations pour la mise en place de toute la structure.   C’est dire qu’au CNARED,  toutes les batteries sont en marche pour redonner l’espoir au peuple burundais.

La Rédaction de votre site MPORE BURUNDI  rend un vibrant hommage au CNARED et lui souhaite pleins succès. MPORE BURUNDI rend un hommage appuyé au leader du CNARED, l’Honorable Léonard Nyangoma qui a déjà lancé une offense diplomatique pour vulgariser les nobles idéaux de cette alternative au pouvoir de facto de Bujumbura. MPOREBURUNDI salut chaleureusement l’annonce imminente de toute la structure du CNARED. Dans ce combat contre le coup d’Etat de Nkurunziza Pierre contre le pacte inter burundais d’Arusha, MPORE BURUNDI  assure au CNARED son soutien indéfectible.

Fait à Arusha, le 19 Août 2015

Pour MPORE BURUNDI,

(Sé) Pancrace CIMPAYE

Directeur des Publications.

Citation du jour

« …tout homme doit mourir un jour. Mais toutes les morts n’ont pas la même signification. » Franklin Boukaka dans sa chanson  » Les Immortels »

nkurunziza

Burundi: Nkurunziza sommé de démissionner d’ici au 26 août

Le Conseil national pour le respect de l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi et de l’Etat de droit (CNARED) a choisi cette date qui correspond à la fin de mandat présidentiell

criseauburundi

Crise au Burundi: les craintes d’une escalade ethnique et régionale

Après l’assassinat de l’ancien chef d’état-major Jean Bikomagu samedi 15 août, la tension monte d’un cran au Burundi. Le militaire était une figure de l’ancienne armée burundaise, qui luttait lors de la guerre civile contre la rébellion hutue CNDD-FDD aujourd’hui au pouvoir. Cette exécution intervient deux semaines après la mort du général Adolphe Nshimirimana, un proche du président Pierre Nkurunziza. Des assassinats qui font craindre une résurgence des tensions entre Hutus et Tutsis et une déstabilisation au niveau régional. Sollicités par RFI, des représentants américain et européen font part de leur inquiétude.

Le colonel Jean Bikomagu était une figure importante des ex-FAB, les forces armées burundaises, dominées par la minorité tutsie. Pendant la guerre civile des années 90, ces dernières étaient engagées dans la lutte contre l’ancienne rébellion hutue CNDD-FDD aujourd’hui au pouvoir.

Abattu en pleine rue dans le quartier de Kabondo samedi, dans le sud de la capitale burundaise, l’assassinat de Jean Bikomagu survient deux semaines après celui du général Adolphe Nshimirimana, proche de l’actuel président Pierre Nkurunziza et figure, lui, de la rébellion hutue.

A Bujumbura, cet enchaînement dramatique fait dire à certains que la mort de Bikomagu est une réponse à celle de Nshimirimana. Et que cela révèle des tensions au sein de l’armée qui font craindre le pire, avec le spectre de la résurgence de conflits ethniques qui ont ensanglanté le pays.

Sylvestre Ntibantuganya, président du Burundi de 1994 à 1996, ne veut en « aucun cas » voir le Burundi replonger « dans les affres de la violence politico-ethnique ». Il en appelle donc à « la responsabilité des uns et des autres » pour « mettre très rapidement fin à cet engrenage qui commence ». L’ancien président, aujourd’hui dans l’opposition, dit avoir « alerté au début », quand les manifestations contre le troisième mandat ont commencé, pour que « personne ne fasse verser cette crise dans des aspects d’ordre ethnique ».

La sous-région affectée

Sylvestre Ntibantuganya souligne les risques « tellement graves », qui nécessitent d’agir au plus vite. « Nous sommes dans un pays et dans une région qui sont profondément blessés sur cette matière, et la responsabilité exige que des mesures rapides soient prises pour que cette perspective n’arrive pas », insiste-t-il.

Une situation qui n’affecterait donc pas uniquement le Burundi, mais toute la région, estime Jacob Enoh Eben, porte-parole de Mme Dlamini Zuma, présidente de la commission de l’Union africaine. Un problème dans un pays a « un impact sur le reste du continent », rappelle-t-il.

« S’il y a la paix au Burundi, cela aura un effet stabilisateur sur le reste des pays de la sous-région. Mais s’il y a au contraire une instabilité comme nous l’avons vu ces derniers mois, cela aura un impact négatif sur la paix, la sécurité, la situation humanitaire dans le reste de la région », analyse le porte-parole de l’Union africaine. Pour lui, il faut donc être prudent et lire ce qui se passe au Burundi comme « une tragédie qui affecte les Burundais mais aussi la sous-région dans son ensemble. »

« Besoin d’une reprise du dialogue »

Après l’Union africaine, c’est au tour des Etats-Unis et de l’Union européenne de s’inquiéter des derniers développements au Burundi.

app

Nouvelle application android de Mporeburundi.org

On vient de développer une toute nouvelle application android, pour faciliter nos lecteurs (via smartphone) à mieux consulter notre site web. vous pouvez le télécharge ici même dans le sidebar.

screenshots_app

Si  vous voulez une application android pour votre site web contactez-nous via mporeburundi.org ou directement via l’e-mail: mporeburundi10@gmail.com .