RED-TABARA attaque:Encore des militaires de trop tués à Nyamitanga

Cette nuit du 19 au 20 Octobre 2018 un groupe armé  a mené une attaque meurtrière sur la position de Nyamitanga.Contrairement à ce qui a été rapporté tôt ce matin par certains responsables de l’armée,  pris de court, cette unité de plus de 60 hommes a perdu plusieurs dizaines de militaires sans compter les blessés. « Les assaillants ont même eu le temps de vider le centre de santé de tous les médicaments. C’est dire que la surprise était de taille et les dégâts conséquents », confie une source sur place. La même source  précise que les assaillants appartiennent au groupe rebel RED-TABARA;  ces derniers ont tenu à rassurer les civils terrorisés et préciser que leur mouvement ne s’en prend jamais aux civils!

Que retenir de cette deuxième attaque de la rébellion dans l’intervalle d’un mois? Au moment où Monsieur Pierre Nkurunziza tente de boycotter les pourparlers d’Arusha prévus du 24 au 29 octobre, il doit comprendre qu’il est en train d’ouvrir un très grand boulevard à une opposition armée. Le message de ces attaques est un signe évident que Monsieur Pierre Nkurunziza qui est le produit, une résultante de la lutte armée est en train de mettre les mouvements armés comme RED-TABARA sur ses traces de 1995. Et au sein de ces mouvements, il sied de rappeler que des dizaines d’officiers généraux, supérieurs ou subalternes de la police et de l’armée burundaise, qui ne sont pas encore à la retraite sont à l’exil. Un jour ou l’autre, de gré ou de force, ils devront rentrer et intégrer les forces de défense et de sécurité burundaises.

En tout état de cause ,aujourd’hui,Monsieur Pierre Nkurunziza est en train de réunir parfaitement les mêmes mobiles qui l’ont poussé à prendre le chemin du maquis en 1995. Quel dommage qu’il ait oublié complètement cette lutte pour la Défense de la Démocratie! Quel dommage que le goût des sirènes du pouvoirs l’obligent à sacrifier hier, les vies des militaires à Gatumba et aujourd’hui à Nyamitanga!  A 12heurs, heure de Bujumbura, un bataillon de l’armée burundaise venu tardivement en renfort est toujours en train de larguer des bombes sur les assaillants en retraite.

(Sé) Pancrace Cimpaye