Logo Cnared

COMMUNIQUE DE PRESSE.

Une année après l’investiture illégale de Monsieur Pierre Nkurunziza comme président de

facto du Burundi, le CNARED-GIRITEKA relève 5 faits graves qui prédisent une

descente aux enfers du Burundi :

1. Dans un élan de dénaturer l’essence de la crise politique qui mine le Burundi, le

CNDD-FDD, parti dirigé par Monsieur Pierre Nkurunziza a sorti une déclaration

incendiaire, ce 16 Août 2016, qui nie le génocide rwandais de 1994.Cette négation du

génocide rwandais a pour objet la provocation et la transformation de la crise burundo-

burundaise en un conflit ethnique régional.

2. Trois jours après cette déclaration incendiaire, le 19 Août 2016, Monsieur Jacques

Bigirimana, devenu Porte-Parole spécial de l’oligarchie de Bujumbura, a enfoncé le

clou, sur les ondes de la Voix d’Amérique, en niant ce génocide et les crimes avérés

commis par le pouvoir de facto de Pierre Nkurunziza. Il devait ajouter sans détours

qu’un plan de génocide est sur la table de Pierre Nkurunziza. Il devait préciser que le

lancement officiel de ce génocide attend que Monsieur Pierre Nkurunziza glisse dans

sa baignoire ou soit frappé par un infarctus !

3. Le 19 Août 2016, Monsieur Pierre Nkurunziza a dans son discours annoncé la révision

de la Constitution. Cette révision qui mettra fin aux pourparlers inter-burundais

d’Arusha, devra lui octroyé une présidence du Burundi à vie.

4. Et pour cause, au terme du congrès du CNDD-FDD de ce 20 Août 2016, Monsieur

Pierre Nkurunziza est devenu officiellement le Président de ce parti pendant que son

chef de cabinet, le Général Evariste Ndayishimiye est devenu le Secrétaire Général.

Tout compte fait le CNDD-FDD est désormais un parti-Etat qui vient de prendre ses

quartiers dans le cabinet du président de facto Pierre Nkurunziza. Dès lors Pierre

Nkurunziza est le véritable responsable de la descente aux enfers du Burundi.

5. La désignation du Général Evariste Ndayishimiye qui était devenu le principal

commandant de la milice armée IMBONERAKURE renseigne que la machine de

répression vient d’être renforcée et gratifiée. Cette promotion signifie donc que des

rivières de sang des burundais vont continuer à couler.

6. Ces derniers temps, cette répression aveugle a frappé de façon significative les tutsi de

l’armée burundaise. Cette purge ethnique à l’armée prend de plus en plus une

dimension extrêmement dangereuse.

Avec ces 5 faits graves, le CNARED-GIRITEKA réalise que Monsieur Pierre Nkurunziza, est

devenu une menace pour la survie de la nation burundaise. En outre il constitue une menace

pour la stabilité de toute la région. En conséquence face à cette menace dangereuse :

7. Le CNARED-GIRITEKA lance un appel pressant à toutes les forces vives de la nation

burundaise de conjuguer leurs efforts pour arrêter le despote Pierre Nkurunziza dans

son aventure suicidaire d’embraser tout le Burundi.

8. Le CNARED-GIRITEKA lance un appel de détresse à la communauté internationale

afin qu’elle prenne conscience de la dimension de la menace qui pèse sur le Burundi et

la région entière. Pour ce faire des mesures drastiques à la hauteur de la menace

doivent être prises sans délais. A ce titre le déploiement d’une force d’imposition de la

paix est plus qu’une nécessité. En substance un embargo économique et sur les armes

s’impose!

9. Le CNARED-GIRITEKA demande en outre que la CPI enclenche sans délais des

poursuites judiciaires contre cette machine de Bujumbura qui massacre son peuple.

10. Le CNARED-GIRITEKA demande au peuple burundais dans toutes ses composantes

de rester uni, solidaire et soudé afin de résister au virus de division et au deuil

permanent imposé par le despote Pierre Nkurunziza.

Fait à Bruxelles, le 22 Août 2016

Pour le CNARED-GIRITEKA,

Pancrace Cimpaye

Porte-parole

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *