Du Rififi au cabinet du Président Nkurunziza: le Général Ndirakobuca en campagne pour remplacer le ministre de la sécurité publique.

Le Général de Brigade Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika, fut pendant longtemps le chef de Cabinet d’Adolphe Nshimirimana au Service National des Renseignements burundais. Dans le dernier déploiement de la galaxie des généraux du chef de l’Etat, le général Ndakugarika a été nommé Chef de cabinet du président de la République chargé de la police. Mais aujourd’hui il découvre la mort dans l’âme que cette promotion est une coquille vide sans aucun avantage financier. A ce titre dans ses nouvelles fonctions, Ndakugarika réalise qu’il doit se contenter du seul salaire mensuel d’un ministre. Pourtant au  service des renseignements, il bénéficiait du même salaire de ministre et d’une prime de 4 millions de francs burundais par mois. Bien plus des bons de commandes qui riment avec commissions passaient par ses mains.

Face à cette déception financière le Général Ndirakobuca Gervais a initié une campagne de destituer l’actuel Ministre de la Sécurité Publique, le Commissaire Nizigama Gabriel. Au bout de cette campagne, Ndakugarika espère occuper le poste de Ministre de la Sécurité Publique. Dans ce département ministèriel il y a effectivement un fonds de renseignement qui hante tant Ndakugarika. Dans cette conquête du ministère de la sécurité publique, Ndakugarika a sollicité le soutient des hommes forts Bunyoni et Nshimirimana Adolphe. Ces derniers qui ont accepté le deal exige de Ndirakobuca Gervais de dénicher la cachette de l’homme qui s’est confié à la RPA dans le dossier de l’assassinat des trois soeurs italiennes; ce témoin doit disparaître définitivement pour maintenir Bob Rugurika en prison et disculper les autres acteurs impliqués dans cet assassinat dont Adolphe Nshimirimana. Au delà de ce deal, Ndirakobuca doit entammer une campagne de ternir l’image du Commissaire Gabriel Nizigama alias Tibia. Dans cette perspective agomba kumuteranya naba polisi ( monter les policiers contre le ministre), le dénigrer auprès du Chef de l’Etat notamment en le présentant comme étant un activiste de la fronde qui combat son troisième mandat.

Cette guerre ouverte par Ndakugarika contre Tibia confirme une fois de plus que les hommes qui gouvernent le Burundi sont beaucoup plus guidés par la soif d’amasser des biens personnels que de servir le peuple burundais. Pour assouvir cette soif de s’enrichir, les hommes forts du système Nkurunziza sont prêts à écraser tout le monde y compris les compagnons d’armes d’hier. Tibia l’apprendra à ses dépens!

Pancrace CIMPAYE.

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *