La liste noire provisoire des responsables de la déscente aux enfers du Burundi

Le Burundi est inexorablement en train de descendre dans un gouffre. La liste noire, non exhaustive, des responsables de cette tragédie, qui devront un jour ou l’autre être traduits devant les juridictions compétentes  vous sera régulièrement donnée. C’est à base de cette liste noire que la communauté internationale devrait commencer à prendre des sanctions ciblées comme le refus de visas, le gel des avoirs à l’étranger. Cette liste noire devrait aussi attirer l’attention de la CPI. Voici les privilégiés de cette liste:

1. Pierre Nkurunziza, commandant suprême des crimes économiques et des crimes de sang qui endeuillent le Burundi depuis dix ans.

2. Willy Nyamitwe, des fois il joue le rôle de numéro deux du pays et d’autres fois il fait office de Président de la République Ad Intérim. Il remanie le Gouvernement et est le cerveau de tous les plans macabres que connaît le pays.

3. Lieutenant-Générale Adolphe Nshimirimana, Commandant en second des crimes économiques et des crimes de sang qui endeuillent le Burundi depuis dix ans.

4. Commissaire de police Alain Guillaume Bunyoni, cerveau des crimes économiques et des crimes de sang qui endeuillent le Burundi depuis une décennie.

5. Générale-Major Prime Niyongabo, Chef d’Etat-Major de l’armée. Il est déchaine une partie de l’armée et la milice Imbonerakure  sur les civils innocents. En complicité avec Nshimirimana Adolphe, il a transféré le siège de l’Etat Major dans le café IWABOWABANTU, devenu le sanctuaire de toutes les exécutions et de la planification des plans macabres.

6. Le Commissaire de Police Gabriel Nizigama, Ministre de la Sécurité publique assisté par le directeur-générale Adjoint de la police, Bizimana Godefroid. Ils assurent la logistique de la milice Imbonerakure. Ils transforment la police en cette milice qui sème terreur et désolation par des tueries. Le même Ministre est responsable de la fermeture et de la  destruction des radios privées.

6. Le Commissaire de police, Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika, chef  de cabinet police du président Nkurunziza. Proche de Nshimirimana il fait le même boulot que le Ministre de la sécurité publique avec la particularité de mettre la main à la pâte lui même. C’est le cas àMusaga où l débarque personnellement pour participer aux tueries.

7. Nkunzimana Joseph alias Kazungu, l’homme de toutes les tuerie et le principale formateur et encadreur de la milice Imbonerakure surtout en RDC.

8. Ntakarutimana Etienne alias Steve, patron du service de renseignement. Membre du laboratoire du chef d’etat-Major Niyongabo Prime.

9. Le Colonel Nyamugaruka, le patron de la garde présidentielle. L’homme qui commande cette unité qui exécute les blessés hospitalisés, cette unité sème terreur et désolation telle la garde présidentielle de Habyarimana au Rwanda.

10. Ndomboro et Nurweze alias Rwembe, les bourreaux  ou bouchers au service d’Adolphe Nshimirimana.

11. Pierre Claver Ndayicariye et Prosper Ntahorwamiye, respectivement président et porte parole de la Commission électorale. Ces deux hommes,régulièrement au palais présidentiel le soir, sont la source de l’entêtement du président sortant Pierre Nkurunziza. Ils lui ont promis de tout faire pour que sa victoire soit certaine. Ce contrat a été révélé par le Chef d’Etat-Major Prime Niyongabo lors de sa campagne de ralliement des éléments de l’armée en février.

12. Ndagijimana Charles, Le président de la Cour constitutionnelle. C’est aussi sur cet homme que Nkurunziza a compté pour l’autorisation à briguer ce troisième mandat illégal qui tue.

13. Edouard Nduwimana, Ministre de l’Intérieur. L’homme qui a détruit tous les partis politiques et la feuille de route entre partenaires politiques. Artisan du retour au parti unique, il a sombré dans un trafic d’influence et au premier loge dans les crimes économiques.

14. Pascal Barandagiye, Ministre de la justice.  Bagorikunda Valentin, Procureur Généralé de la République. Arcade Nimubona, Procureur en Mairie de Bujumbura. Ces hommes sont les piliers de la répression aveugle, de la destruction de l’opposition et de la société civile, de la presse et des manifestants, par des emprisonnements arbitraires. On les surnomment messieurs » DOSSIERS SENSIBLES« .

N.B:  -La suite de la liste noire, demain 29 Mai 2015.

-Un grand merci à ceux qui nous aident à compléter cette

liste non exhaustive.

(Sé) Nyabenda Caton.

4 réponses
  1. NDIWINABO
    NDIWINABO dit :

    Col NYAMUGARUKA n’en ai pour rien. Ce sont plutôt les policiers de la garde présidentiel sous le commandement de Alexandre MUYENGE.

    Répondre
  2. Benigne Muhindo
    Benigne Muhindo dit :

    Mbe ko wibagiye Gaston Sindimwo et tous les policiers comme Alfred Innocent Museremu et consorts, les agents de la Documentation, Denis Karera etcc

    Répondre
  3. kwizera
    kwizera dit :

    Ndayishimiye ntanumwe bambitse ibara ahubwo harabo basimvye! ukunda ugaramye canke wicaye Nkurunziza ivyiwe vyaheze , na CNDD Fdd yasambutse igiye kuba akagambwegambwe nkiyindi migambwe tutibuka. Ubujuju nukwibaza ko igihugu gitwarirwa kumunwa winkoho bihitanye Nkurunziza n’umugambwe wiwe CNDD-Fdd, mwabuze incambwnge mwnka kwumva impanuro none birabahitanye . Uburundi ntibuzongera kugwa mw’isanganya!!! hahahah

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *