Lettre de Simon Nyandwi à Pierre Nkurunziza.

Mon cher Nkurunziza,

En date  du 22 mars 2005 je décédais suite à un empoisonnement que toi et votre équipe avez planifié au Restaurant de l’Entente Sportif. La raison de ce geste ignoble échappait à ma compréhension et à la compréhension de tous les militants de notre parti, CNDD-FDD. Moi Simon Nyandwi, Ministre de l’Intérieur, empoisonné par les miens! Qui y aurait cru!

Mais au regard des dernières heures de ton pouvoir, je comprends la raison qui vous aviez poussé à m’assassiner: la soif du pouvoir! La soif des richesses! La soif des sirènes! Le président Ndayizeye me le répétait  » Monsieur le Ministre, vous êtes le sage du CNDD-FDD qui devrait me succéder au sommet de l’Etat ». Je ne prêtais pas attention à cette analyse de mon frère Ndayizeye. Ma préoccupation n’était pas le positionnement, mon seul rêve était de parvenir à mettre en place un Burundi Nouveau qui met sur un piédestal les vertus de la démocratie. Un Burundi Nouveau réconcilié avec lui même, où toutes les composantes de la nation burundaise, hutu, tusti et twa se tiennent main dans la main pour un même destin. Un Burundi prospère pour tous ses fils et filles.

Hélas mon rêve est le cadet de vos soucis. Votre préoccupation c’est faire le vélo, jouer au foot,  vous faire de l’argent et vous moquer de Dieu par des prières de façade. Il paraît qu’en si peu de temps tu es devenu l’homme le plus riche de la région, un des plus riche du continent! Tu fais honte à notre lutte! Il paraît que du combat pour le multipartisme tu es passé au combat pour le monopartisme. Il paraît que du combat pour la liberté de la presse, tu es passé au combat pour le silence radio. Tu as trahi notre cause! Tu as trahi le héros de la Démocratie, Son Excellence Melchior Ndadaye!

Du haut du ciel où nous t’observons avec ce héros Ndadaye nous sentons que cette trahison va te coûter cher. Regarde autour de toi. Tout s’écroule. Tu nages sur des nuages en défendant mordicus ta reconduction et en refusant de voir la réalité en face; une réalité d’un peuple dans la rue qui ne veut plus de toi. Une réalité des camarades de la lutte qui ne veulent plus de toi.  Tu dois te ressaisir rapidement sinon tout le CNDD-FDD va disparaître avec toi. Nous avons versé beaucoup de sang pour ce parti, la  responsabilité de le faire disparaître est une trahison inacceptable cher Nkurunziza.

Cher Nkurunziza,

En assassinant Simon Nyandwi, vous avez posé le même geste que ceux qui ont assassiné le héros de la Démocratie, Son Excellence Melchior Ndadaye. Tu ne pouvais donc pas avoir la paix ni la bénédiction divine! Le temps est donc venu de payer.  Aujourd’hui tu es presque dérangé mentalement. Eh oui, le sang des innocents réclame vengeance ici au ciel. J’apprends que tu t’es remis à boire. Du scotch, Black Label, m’a t-on dit! Cher Peter,laisse partir mon peuple vers des lendemain meilleurs! Abandonne ce mandat de trop! Arrête de verser le sang des innocents car le mien est suffisant pour te condamner à perpétuité. Arrête de tuer par la faim et le choléra les manifestants arrêtés.

Cher Nkurunziza, en espérant te rencontrer très prochainement, je te demanderais d’implorer le pardon de ce peuple que tu massacre. C’est ainsi que le ciel sera indulgent pour toi. Transmets mes salutations à toutes les veuves et orphelins victimes de ta barbarie.

(Sé) Feu Simon NYANDWI, ancien Ministre de l’Intérieur.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *