Au_XNDNSFXzseaLb7qtXyMaw_Dm-TZNY-INV9pB5l1Nm

NKURUNZIZA III: DIRIGER A PARTIR D’ UNE CAGE BLINDEE.

Depuis que Nkurunziza Pierre tente de s’imposer par tous les moyens pour diriger le Burundi à vie, il a une peur bleu de se montrer en public. Tout commence par la célébration du 53ème anniversaire de l’indépendance du Burundi. En effet le 1er juillet 2015, Nkurunziza a assisté aux cérémonies derrière une vitre blindée. Cette hantise d’être exécuté a atteint son paroxysme quand il a organisé les cérémonies de son investiture à la sauvette ce 20 Août 2015; les cérémonies initialement prévues au 26 Août ont été improvisées six jours avant, juste pour échapper à un éventuel attentat. Les corps constitués ont été  conviés à l’évènement le matin à partir de 7 heures du matin. Au cours de ces festivités on a vu Nkurunziza sous le poids d’un gilet anti balles de plus de cinq kilos mal à l’aise. Deux jours après cette intronisation Nkurunziza, incapable d’assister aux funérailles de son bras droit Adolphe Nshimirimana, s’est contenté de venir à la morgue pour jeter un coup d’œil furtif au cercueil du défunt. Caché derrière un rideau de sa garde il a dû se mettre sur la pointe des pieds pour jeter ce coup d’œil ( Voir photo en haut, Nkurunziza derrière, à droite de la photo) ;  son visage transpirait la frousse de mourir! D’une source proche du palais présidentiel, Nkurunziza , par peur d’être attaqué par les éléments de sa propre garde, passe des fois la nuit chez des particuliers à Bujumbura.

Voilà pourquoi il chercherait à recruter des mercenaires pour assurer sa garde. Mais cette perspective qui engloutit des sommes d’argent colossales ne manquera pas de susciter le courroux des force de défense et de sécurité burundaises qui peinent à recevoir leur solde. De toute évidence sa majesté Nkurunziza III est entre le marteau et l’enclume. Conscient qu’il est l’homme le plus hait de la République du Burundi, il est tétanisé par un pouvoir qu’il veut garder de force dans un environnement sécuritaire qu’il est loin de maîtriser.

Dès lors la question qui se pose est de savoir comment il va diriger le Burundi enfermé dans une cage blindée! Comment va t-il jouer au foot dans une cage blindée?Comment va t-il vaquer à ses travaux communautaires dans une cage blindée? Pour sortir de ce piège Nkurunziza III n’a d’autre choix que de négocier avec le CNARED une voie de sortie honorable. S’il négocie à temps, il pourrait sortir par la grande porte! A lui de prendre la main tendue par le Président du CNARED.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *