Pierre Nkurunziza avec une coquille vide du CNDD-FDD.

La manifestation de ce samedi 11 avril 2015 dans la capitale de Bujumbura par le parti présidentiel avait pour objet de galvaniser les troupes derrière le candidat Pierre Nkurunziza. C’était aussi une occasion de prouver que le club présidentiel est très fort.

Malheureusement, la scène d’hier a plutôt aboutit à une démonstration de faiblesse de cette partie du parti CNDD-FDD. A priori quand vous êtes forts, vous n’avez pas besoin de montrer les biceps, mais si vous doutez de votre force, vous devez faire du tapage comme celui d’hier. A ce propos l’effectif des manifestants, venus de tout le pays, transportés aux frais du contribuable burundais, n’était pas impressionnant. Il n’y a vraiment pas de quoi se pavoiser!

Mais pourquoi le président Nkurunziza tenait-il tant à évaluer les effectifs qui sont encore acquis à sa cause? Pourquoi doute -t-il de sa force?  Pourquoi le parti présidentiel peine -t-il à déposer les listes des candidats aux élections communales? La raison  majeure est à chercher  du côté de  la fronde interne au CNDD-FDD. Quoi de plus normal que le président Nkurunziza broie du noir dans son retranchement à Ngozi quand il se retrouve à la veille des élections sans le président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, sans le président du sénat, l’honorable Ntisezerana Gabriel et sans le deuxième Vice-président, l’honorable Gervais Rufyikiri! Quoi de plus normal que Nkurunziza soit dans de mauvais draps quand il  se paie le luxe de chasser du parti l’ancien président du CNDD-FDD, l’honorable Jérémie Ngendakumana, le porte-parole du parti, l’honorable Onésime Nduwimana et son porte parole, l’honorable Léonidas Hatungimana! L’autre front qui donne des insomnies au club du Président Nkurunziza, et qui mine la bonne marche du CNDD-FDD est celui de l’honorable Hussein Radjabu en liberté, mais qui n’a pas non plus le droit de participer au processus électorale en cours.

En l’absence de ces figures de proue du CNDD-FDD, Nkurunziza a raison d’avoir peur; Nkurunziza a raison d’hésiter et de commander ce tapage de ce samedi 11 Avril 2015. De plus en plus le numéro un burundais découvre qu’il tient dans sa main une coquille vide du CNDD-FDD. D’où cette fureur contre les frondeurs, exprimée dans des termes terrifiants par le sénateur Gélase Ndabirabe.

(Sé) Pancrace CIMPAYE

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *