Pour le repos du Héros de la Démocratie…

Aujourd’hui le peuple burundais célèbre le vingt- deuxième anniversaire de l’assassinat du Président Melchior Ndadaye, héros de la démocratie. Le 21 Octobre 1993, le Burundi a perdu un leader politique visionnaire. Ce jour-là le Burundi a perdu un grand homme politique charismatique.

Hélas sa disparition qui a donné naissance à un certain Nkurunziza Pierre est un grave accident de l’histoire burundaise. A ce propos la noble vision politique de l’illustre disparu a fait place aux déboires de Pierre Nkurunziza. Deux visions diamétralement opposées. Et pour cause le héros de la démocratie proposait au burundais un pays havre de paix pour tous où la justice sociale, l’équité , le respect des droits de l’homme règnent en maîtres absolus. Nkurunziza de son côté met le pays à feu et à sang. L’injustice, la violation des droits de l’homme, les exécutions extra judiciaires, la torture, la corruption, la concussion, le trafic  d’influence, l’exclusion et la haine ethnique sont érigés en mode de gouvernement.

C’est une profanation la présence de Pierre Nkurunziza sur la tombe du Héros Melchior Ndadaye déposant une gerbe de fleur. Qu’est ce qu’il a retenu de la mémoire de cet illustre disparu? Rien. Pendant combien de temps allons- nous supporter cette profanation? En ce jour du 21 octobre 2015, la classe politique burundaise responsable doit se lever comme un seul homme pour arrêter cette supplice que nous imposons à nos héros en confiant une gerbe de fleur à Nkurunziza. Avec sa présence au mausolée du Prince Louis Rwagasore, le 13 octobre 2015 et au palais des martyrs de la démocratie le 21 octobre 2015, Rwagasore et Ndadaye se retournent dans leur tombe. La colère des disparus est grande! Et pour preuve  au cours des cérémonies de ce mercredi 21 octobre, deux éminentes personnalités de l’oligarchie de Nkurunziza viennent de tomber en syncope devant la tombe du Héros Ndadaye Melchior. Il s’agit du célèbre général Miburo Emmanuel alias COMATER ( commandant terroriste), chef de cabinet militaire de Pierre Nkurunziza et la ministre  de l’éducation Janvière Ndirahisha.

Pour le repos des deux dignes fils du pays, la mise  en place d’un ordre nouveau s’impose. Ce devoir de mémoire nous appelle tous. Pour le respect de la mémoire du héros de la démocratie, Nkurunziza doit tirer sa révérence. Un geste qui lui garantirait peut être une survie politique. Un départ qui fermerait  la parenthèse de sang qui vient de durer 22 ans. Et si Nkurunziza continue de travestir l’héritage du héros de la démocratie, des foudres risquent de s’abattre sur sa tête. Miburo et Ndirahisha ,en syncope, est un avertissement!

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

1 réponse
  1. Septime Manariyo
    Septime Manariyo dit :

    Excusez Pancrase, cessez les discours, nous voulons les actions. Prenez ce tiran et ses acolytes et changez les choses maintenant. Nous sommes fatigués, pardon.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *