Quand les armes s’en mêlent…

Depuis ce 10 juillet 2015, c’est officiel, le tyran Nkurunziza doit ajouter dans le registre de ceux qui combattent son coup de force contre la démocratie et sa folie meurtrière, une résistance armée qui est à sa porte( Ngozi, sa province natale) dans la Kibira.

Bien que   le leadership de cette résistance ne soit pas encore annoncé officiellement, la joie est perceptible dans les cœurs des burundais. La sensation perceptible est que ce front armé est libérateur et protecteur. Notre micro baladeur dans Bujumbura a glané des confidences à travers lesquelles  soulagement, réconfort riment avec établissement d’un rapport de force salutaire.

Du côté des forces de défense et de sécurité que le dictateur Nkurunziza a partitionné en deux (ceux qui sont pour son troisième mandat et ceux qui sont contre) un soupir de soulagement est clairement exprimé: « Erega twari twarabuze isaganirizo. Nkurunziza yari yaratwirukanye twari twabuze  iyo tuja » ( Nous ne savions pas où aller. Nkurunziza nous avait chassé mais on n’avait pas où aller.) telle est la substance du message que nos reporters ont récolté auprès des forces de défense et de sécurité. Un des conseillers de Nkurunziza, conscient de la force de cette menace de la résistance armée, dira tout simplement: « Quand les hostilités se déclencheront, les ralliements s’effectueront comme ce que nous avons observé à la chute du pouvoir de Mobutu. Sans se voiler la face, tu penses que sans appuie budgétaire de la communauté internationale, donc sans la solde de l’armée, sans les salaires des fonctionnaires, les gens continueront à se battre pour mon patron? Pas du tout! Les gens vont lui tourner le dos et il risque de se retrouver seul. »

Ce capital de sympathie doit se mériter! La nouvelle résistance armée doit comprendre qu’elle a une lourde responsabilité de sauvetage. A cet égard elle doit mener une lutte propre, une lutte qui doit arrêter le sang des innocents qui ne cesse d’inonder les monts et vallées du Burundi. Cette lutte doit traquer les criminels et protéger les populations civiles innocentes victimes de la folie meurtrière de Nkurunziza.

Chers résistants, on vous jugera par vos actes, vous êtes le rempart de tout un peuple! Et votre tâche devrait être relativement facile car la dictature de Nkurunziza a une peur canine du langage des armes. Quand les armes s’en mêlent l’oligarchie de Bujumbura se fissure.

Andy Nyandwi.

2 réponses
  1. Rose Hakizimana
    Rose Hakizimana dit :

    Nkurunziza na biwe barafise ubwoba kuko bacumuye ku Mana na Bantu Ivyo bakoze ntaho vyari bwaboneke aho umukuru w igihugu atera we nyene akica abo yabwirizwa kukingira n umuvumo kuriwe no kuruvyasro gwiwe nibintu bibabaje cane
    Yarababaje abarundi sinzi ko bazomurekurira Yarahekuye abavyeyi Yarangaje abantu ubu bamwe bariko bicwa n inzara n inyota n ingwara zitewe nubwo buzima bubi barimwo Abasoda bacu nibatebutse bakize abarundi 1 Impera yabo yambere nukwo Abarundi babizigiye kandi babakunda 2 Impera yabo yakabiri niryo teka ryukwo Uburundi bUSUBIZWA ITEKA 3 Nukwo ata mukuru w Igihugu azosubira kuza yagira ivyo ashaka kouzoza wese azoza yubaha Abarundi 4 Kazoba ari akarorero amakungu azorabira ko

    Répondre
  2. Rose Hakizimana
    Rose Hakizimana dit :

    Nta nakimwe Imana igirira ubusa 1 Imana yerekanye ko abarundi batosubira kwihenda
    batosubira kwicana bavuga ngo n amoko kuko Imana yerekanye ko hatica ubwoko hica Ubutegetsi bubi
    2 Imana yashatse ko Nkurunziza yishura akiri ngaha kw isi kubibi vyose yakoreye abarundi Nimwibuke Abana bi Buta yashatse gusobanura bakanka agaca abica bose Ni mwibuke Abantu 654 en 1996 muri camps de deplaces i Bugendana biciwe aho bari bahungiye en 1993 Mwibuke Teza,Butezi,Nyamutenderi,Mugongomanga no mu Mabarabara aho bica abantu ngo nukwo ari ubwoko badashaka
    Ivyo vyose hongewe ko Nkurunziza yaciriwe urubanza rwo gupa Barabirenzeko bamwegurira Ubutegetsi sinokwibagira abantu yaciye imitwe en 2011 ngo nukwo batari muri CNDD FDD IMANA relo yaravytegereje ica irondera ingene yoduhora kugira NkURUNZIZA Ahanwe
    akiri ngaha kw isi mu kumureka akironderera ibihano we nyene mu kwica abo yabwirizwa kukingira[ IMANA IHORA IHOZE ]

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *