peter_yeux

Quelle est la santé mentale du Président Nkurunziza?

« Excusez-le, seigneur, Nkurunziza ne sait pas ce qu’il fait ». Telle est la triste réalité que les burundais doivent savoir, leur président démissionnaire  ne sait pas ce qu’il fait. Il est mentalement dérangé. Je mesure mes mots. Les  étrangers qui ont eu une audience au près de lui  confirment sans le savoir cet état mental de Nkurunziza: « Quand on parle avec votre Président, il est absent, l’air hagard et l’esprit ailleurs. Il ne vous écoute pas » . Quant à ses compagnons de lutte, ils vous diront ceci: « On doit contrôler ses sorties médiatiques parce que quand il improvise, il sort de gros mots en public. Il dérape facilement ». Ainsi les bourdes à répétition ou les écarts de langage que le peuple burundais a entendu chaque fois que Nkurunziza s’est détache du texte de son discours rentrent dans cette logique. Dans le même registre il faut noter le fait que Nkurunziza est le seul Président au monde qui vient de passer dix ans au pouvoir sans tenir aucune conférence de presse, hormis les points de presse à l’aéroport. Même à ce niveau, les chargés de sa communication écourtent cette séance de peur des dérapages.

Ce n’est pas tout. La liste des signes de sa maladie est longue. Nkurunziza, alors Ministre d’Etat chargé de la Bonne Gouvernance et de l’Inspection Générale de l’Etat a demandé une dérogation , au Président Ndayizeye Domitien,de ne pas assister à tout le conseil des ministres. Il a déclaré qu’il ne peut pas se concentrer pendant plus de 4 heures. A cette époque là, le conseil des ministres pouvait aller de 9 heures du matin à 18 heures du soir. Le ministre d’Etat Nkurunziza sortait chaque fois au milieu du conseil pour aller jouer au football non loin des bureaux de la présidence, au terrain de foot hellénique. Le football ou la natation l’aidait à apaiser la tension mentale provoquée par un effort intellectuel fourni au conseil des ministres. Cette demande de repos surprenait parce que tout le temps que Nkurunziza a passé au Gouvernement de Transition, il n’a pris la parole  que trois fois!Autant dire que cet effort fourni n’apparaissait pas.

Devenu Président de la République, il est toujours sorti avant la fin du Conseil des ministres laissant la besogne de conduire les travaux à son premier Vice-Président. Le soir,  quand des membres du gouvernement issus de son parti viennent lui exposer les problèmes qui hantent leur départements ministériels, au lieu d’y répondre par une proposition concrète de solutions, Nkurunziza fermait les yeux et invitait le visiteur à une prière pour confier le problème à Dieu.

Tout compte fait le Président démissionnaire Nkurunziza n’a pas toutes ses facultés mentales. Probablement un trouble psychique consécutif au traumatisme de la guerre civile. N’a t-il pas déclaré lui même au cours d’une cérémonie religieuse qu’il est hanté par un enfant qu’il a dû égorger pour le faire taire pendant la guerre! Ce jour-là il demandait  le concours de toute l’Eglise pour  l’aider à conjurer cette image  qui ne cesse de le hanter.

Manifestement ses prières n’ont pas été exaucées. Car Nkurunziza qui déclarait hier, le 1er Mai  à Karuzi , que les élections de cette année seront de loin meilleures que les autres consultations populaires que le Burundi a connu, doit être sérieusement malade. Ces facultés faiblissent,sinon il saurait que les élections ne sont pas envisageables quand plus de cinquante milles électeurs  se sont exilés; il saurait que ces élections ne sont pas envisageables dans un climat de terreur où plus de 12 personnes ont été assassinées par une folie meurtrière de sa milice Imbonerakure; il saurait que les élections ne sont pas envisageables dans un climat de terreur où une justice sous la botte de la police emprisonne plus de 600 paisibles  manifestants; il saurait que les élections ne sont pas envisageables dans un pays où la presse est muselée, où les radios sont fermées; il saurait que les élections ne sont pas envisageables dans un pays où les défenseurs des droits de l’homme sont persécutés;Nkurunziza saurait qu’avec l’épine de son troisième mandat, les élections sont compromises.

Son psychiatre qui est basé en France devrait faire rapidement un saut à Bujumbura pour administrer au patient Nkurunziza une dose de calmant avant qu’il ne mette le pays à feu et à sang.

Quant au  Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, il doit verser dans le réquisitoire de destitution du Président Nkurunziza sa santé mentale faiblissante. Le Burundi ne saurait accepter de sombrer dans le chaos à cause d’un homme mentalement malade, sourd, aveugle et muet. Un homme déconnecté de la réalité et qui ignore tout du drame qui mine le pays ne saurait continuer à présider au sommet d’un Etat. Même le CNDD-FDD doit comprendre qu’avec ce président malade, tout l’édifice de ce parti va s’écrouler avec lui; alors hâtez-vous chers militants du parti CNDD-FDD de rejoindre les rangs des manifestants pour fermer cette parenthèse NKURUNZIZA.

Quand cette paranthèse sera fermée, le peuple burundais devra savoir pourquoi on a assassiné le Ministre de l’Intérieur Simon Nyandwi qui avait toute la sagesse et toutes les facultés de présider à la tête du Burundi, pour nous présenter Pierre Nkurunziza. Pressenti à ce poste, le sage conciliateur Simon Nyandwi a été empoisonné pour faire place à Nkurunziza. Le 22 mars 2005 un homme intègre, un homme exceptionnel rendait l’âme. Quel dommage!

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

1 réponse
  1. Rose Hakizimana
    Rose Hakizimana dit :

    J en suis sure et certain que Nkurunziza est mentalement malade parceque au monde entier il n ya jamais un President qui se comporte de la sorte Un President qui prend legerement les conseils en rien
    Un President qui donne la permission aux institutions du Pays de tuer son pueple Un President qui celebre la Fete national comme une anniversaire familiale en donnant des cadaux a sa femmes et ses enfents devant le Publique on aura tout vue dans son pays tout le temps gouverne par un delange
    Il faut faire attention en choisissant nos gouvernants merci

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *