RED-TABARA: un nouveau front armé.

Hier le 4 janvier 2016, le 31 décembre 2015, Bujumbura a subit des attaques d’un mouvement armé dénommé  » Résistance pour un Etat de Droit au Burundi », RED-TABARA en sigle. Ce mouvement armé qui vient s’ajouter au FNL du Général Nzabampema Aloys et au FOREBU revendiqué par le Lieutenant-colonel Edouard Nshimirimana, démontre que si Nkurunziza Pierre continue à saboter la voie des négociations politiques, des burundais sont résolus à résister à son plan macabre d’exterminer toute voix discordante à sa dictature. « En l’absence de l’intervention d’une force africaine ou onusienne pour arrêter les massacres de Pierre Nkurunziza, RED-TABARA a le devoir de protéger  le peuple burundais qui est pris en otage par un régime sanguinaire sans foi ni lois », telle est la substance du message que le commandant de RED-TABARA a confié à notre rédaction, nous y reviendrons en détails.

Entre temps, le rendez-vous du 6 janvier à Arusha n’est pas à l’ordre du jour. Pourtant les burundais y avaient cru. Mais Nkurunziza qui, dans son discours de fin d’année a démontré qu’il  se moque des malheurs du peuple burundais, s’amuse à torpiller ce processus de négociations. Voudrait-il imposer une autre guerre civile au Burundi? Cette option risque de lui coûter cher. En effet pour le commandant de RED-TABARA,  » Pierre Nkurunziza est un criminel que nous devons capturer et  traîner en justice ». C’est dire que le front armé ne lui fera pas de cadeau!

Andy Nyandwi.

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *