Séminaire de la Diaspora Burundaise sur la crise politique et humanitaire que traverse le Burundi

Conclusions et appel pour une large coalition en faveur de la

Paix et de la légalité constitutionnelle

En date des 17, 18 et 19 Juillet 2015, sur invitation du Comité de Solidarité et de Suivi de la Crise Politique et

Humanitaire que traverse le Burundi (Belgique), des Burundais venus de plusieurs pays (Belgique, France, Hollande,

Allemagne, Suisse, Italie, Canada) se sont réunis à Ciney en Belgique. Ensemble, nous avons procédé à un examen de

la situation actuelle et l’évolution probable de la crise que traverse le Burundi. Nous constatons la gravité de la crise

ainsi que le risque évident que la crise actuelle dégénère en une guerre civile au Burundi et en une déstabilisation de

toute la région d’Afrique Centrale, voire un possible génocide.

Pour rappel, lorsque le 25 avril 2015 Pierre Nkurunziza a décidé de se porter candidat pour un troisième mandat

présidentiel, violant ainsi l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et la constitution burundaise.

La contestation pacifique et populaire qui s’en est suivi fut violemment réprimée dans le sang.

La stupeur et l’indignation ont amené la diaspora burundaise à s’organiser spontanément et localement au niveau

de chaque pays  en vue de soutenir le peuple burundais et de faire écho à son cri de colère auprès de l’opinion

internationale.

Nous étions tous confiants que Pierre Nkurunziza allait rapidement revenir à la raison et éviter de plonger le Burundi

dans une crise politique et humanitaire qui en rappelle celle de son histoire récente. Aujourd’hui, force est de

constater que plus que jamais, Pierre Nkurunziza reste déterminé à aller jusqu’au bout de sa mésaventure en

utilisant  notamment la terreur de sa milice Imbonerakure et des forces de sécurité, plongeant le Burundi

dans un chaos et une anarchie totale.

Plus de 100 personnes ont été sauvagement assassinées lors des manifestations pacifiques, plusieurs autres

personnes font quotidiennement objet d’enlèvements et d’exécutions sommaires un peu partout dans le pays.

Plus de 150.000 personnes ont déjà pris le chemin de l’exil, plus de 1000 personnes ont été arbitrairement arrêtées

et croupissent en prison où beaucoup subissent toutes sortes de tortures tant physiques que morales.

Les Burundais assistent médusés à la préparation d’une guerre menée par Pierre Nkurunziza qui risque de plonger le

Burundi dans le chaos et l’anarchie totale.

Malgré les multiples mises en garde de la communauté internationale dont particulièrement les Nations Unies,

l’Union Européenne, l’Union Africaine, plusieurs pays démocratiques et de personnalités marquantes contre le

troisième mandat illégitime et illégale, Pierre Nkurunziza fait la sourde oreille et s’accroche au pouvoir.

C’est pourquoi, le Comité de Solidarité et de Suivi de la Crise Politique et Humanitaire au Burundi (Belgique) a

décidé d’organiser ce séminaire et y a convié des Burundais, membres ou pas des comités existants dans les autres

pays.

Ce séminaire visait les objectifs suivants :

 Favoriser le dialogue au sein de la diaspora burundaise et procéder à un échange d’opinions et d’expériences ;

 Stimuler la coordination des efforts, agir en synergie et encourager la poursuite de cette lutte pacifique pour un

Burundi digne et prospère ;

 Créer un consensus sur les buts et les objectifs à atteindre ;

 Définir les moyens de communication à déployer en vue de soutenir cette lutte pacifique qui permettra le

rétablissement d’un état de droit et une véritable démocratie, en paroles et en actes, consensuel et durable au

Burundi ;

 Etablir un lien permanent entre les Burundais de l’étranger et ceux de l’intérieur afin de créer une synergie

et une concertation permanente sur les questions de paix, de sécurité, de justice, de respect strict des droits

humains et de développement économique et social de la mère patrie.

A cet effet, plusieurs exposés et débats ont porté sur les points suivants :

 Récents développements de la crise burundaise : contextualisation du débat, état des lieux, questions politiques,

sécuritaires, sociales et économiques ;

 Scenarios de l’évolution de la crise et pistes de solutions politiques possibles ;

 Stratégies de la Diaspora pour mieux organiser la résistance pacifique au lendemain du forcing de

Pierre Nkurunziza pour briguer le troisième mandat. Synergie et coordination des contributions de la Diaspora ;

 Reconstruction et développement économique du Burundi après Pierre Nkurunziza.

De ces exposés et les échanges qui s’en sont suivis, nous constatons que, entre autres:

 Le Burundi se trouve en danger d’une guerre civile suite à la volonté manifeste de Pierre Nkurunziza de rempiler

pour un troisième mandat illégal dans le seul souci de se maintenir au pouvoir en violation flagrante de l’Accord

d’Arusha et de la constitution ;

 La détermination de Pierre Nkurunziza à continuer d’organiser une parodie d’élections décriées par le peuple

burundais et toute la communauté internationale ;

 Les crimes de sang, les exécutions sommaires, les enlèvements et tortures commis par la police et la milice

Imbonerakure ;

 Le grand risque d’implosion des forces de défense et de sécurité ;

 Le risque imminent que le nombre important d`officiers supérieurs et subalternes de l`armée régulière et de la

police, qui ont fui le pays ne créent une rébellion

 L’incompétence notoire, la corruption et le manque évident de vision positive de l’avenir du peuple burundais

caractérisent certains responsables politiques.

Les participants à ce séminaire international:

1. Félicitent le peuple burundais pour la dignité et l’unité sans faille qui caractérisent les contestations

contre le troisième mandat ;

2. Présentent les condoléances les plus attristées aux familles qui ont perdu les leurs au cours de ces

derniers mois et leur souhaitent beaucoup de courage ;

3. Encouragent l’ensemble de tous les responsables burundais à sauvegarder l’unité et la concertation dans

toutes leurs actions de résistance pacifique ;

4. Saluent avec force la création d’un Conseil National regroupant l’ensemble des partis politiques, la

société civile et l’ensemble des militaires et policiers qui refusent la trahison de Pierre Nkurunziza.

5. Recommandent à toutes et tous d’agir de manière concertée et consensuelle avec pour seul objectif

l’intérêt supérieur du Burundi et de la sous-région ;

6. Demandent à l’ensemble du peuple burundais, à la communauté africaine et internationale, à la

diaspora burundaise, à la société civile et aux partis politiques de soutenir massivement ce Conseil en

vue d’un retour rapide à la paix et à la stabilité politique au Burundi ;

7. Décident de mettre en place un fonds d’appui dénommé « Burundi Solidarité » pour contribuer à la

résolution pacifique de la crise burundaise.

Aussi, au sortir de ce séminaire, les participants lancent un appel à l’ensemble des acteurs politiques burundais, à la

société civile, à tous les hauts cadres de l’Etat, aux militaires et aux civils, aux personnalités morales, religieuses et à

toute la jeunesse burundaise à prendre position unanimement et fermement en faveur de l’unité et du respect de

l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation et de la légalité constitutionnelle.

Il ne s’agit pas seulement de l’avenir du Burundi, mais aussi de l’ensemble de la sous-région. Nous devons tous

surmonter nos peurs et prendre fait et cause contre la candidature de Pierre Nkurunziza qui viole l’Accord d’Arusha,

la constitution et plonge le Burundi et la sous-région dans une crise politique et humanitaire dramatique.

Nous appelons vivement tout le peuple burundais à une large coalition en faveur du retour de la paix et de la

légalité constitutionnelle.

Enfin, le Comité de Solidarité et de Suivi de la Crise Politique et Humanitaire au Burundi (Belgique), exprime ses

remerciements les plus sincères à l’ensemble des participants et réaffirme sa disponibilité à apporter sa contribution

pour une sortie rapide de cette crise que traverse le Burundi.

Pour Comité de Solidarité et de Suivi de la Crise Politique et Humanitaire au Burundi.

Fait à Ciney, le 19 Juillet 2015

Mamès Bansubiyeko

Coordinateur

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *