Articles

Burundi-Belgique: Une diplomatie ambivalente qui sabote Alain Nyamitwe

Ce vendredi 11 mars 2016, nous avons vu le patron de la diplomatie de Pierre Nkurunziza, l’ambassadeur Alain Nyamitwe, tout sourire, serrant la main du ministre belge Didier Reyndels. En effet Alain Nyamitwe était venu à Bruxelles pour quémander la charité du Royaume de Belgique et de l’Union Européenne. Rappelons que les deux  partenaires du Burundi étaient jusque là les principaux bailleurs de fonds. Mais face au drame qui se passe au Burundi, un Burundi devenu un Etat voyou et une République bananière, les deux bailleurs de fonds ne peuvent pas continuer à dépenser l’argent du contribuable européen pour le compte du Burundi. L’opinion publique belge et européenne ne peut pas accepter  le financement de l’ oligarchie de Bujumbura qui viole impunément les valeurs fondamentales d’un Etat de droit.

Mis au delà de cette violation des droits fondamentaux d’un Etat de Droit, l’ambassadeur Alain Nyamitwe a une autre épine dans sa botte: la haine, les insultes et les attaques du haut parleur de Pierre Nkurunziza, en la personne de Gélase Ndabirabe, contre la Belgique et spécialement conte la famille Michel. A ce titre, au moment où cet envoyé de Pierre Nkurunziza prenait l’avion pour venir supplier le Royaume de Belgique de venir en aide au despote de Bujumbura, Gélase Ndabirabe attaquait au vitriol le même partenaire économique!

Ces attaques grotesques et incongrues sont loin de forcer la main des bailleurs de fonds. Alain Nyamitwe qui reçoit en pleine figure les retombées négatives de cette violence verbale de Gélase Ndabirabe en sait quelque chose. A ce propos l’image que les internautes n’ont pas vue ce vendredi 11 mars, c’est celle d’un Alain Nyamitwe à qui on annonçait que le rendez-vous avec le Ministre belge chargé de la Coopérations  au développement était annulé à la dernière minute. A ce titre le Ministre Alexandre De Croo n’a pas reçu ce vendredi Alain Nyamitwe comme prévu initialement.

En tout état de cause les » gélaseries »( néologisme burundais pour désigner les impairs de Gélase Ndabirabe) de Ndabirabe conjuguées aux démarches de Nyamitwe Alain produisent un cocktail répugnant, une ambivalence qui ligote de plus belle le pouvoir de facto de Bujumbura. Un pouvoir isolé! Un pouvoir économiquement asphyxié! Cette pression des sanctions économiques doit monter d’un cran parce qu’elle fait partie des moyens qui ramollirait l’escalade de la dictature de Pierre Nkurunziza. Il semblerait que Monsieur Rwasa Agathon se prépare à venir à Bruxelles pour plaider en faveur du pouvoir de Pierre Nkurunziza. Réussira t-il là où Alain Nyamitwe a échoué?

(Sé) Pancrace Cimpaye.

Pourquoi Alain Nyamitwe cherche un job ailleurs?

C’est hier que le sommet des chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est a désigné le burundais,  Mpfumukeko Libérat au poste de Secrétaire Général de la communauté. Il succède au rwandais, le Dr Sezibera Richard. Dans la course à ce poste, Alain Nyamitwe, le patron de la diplomatie de Pierre Nkurunziza avait donné sa candidature à l’insu de Bujumbura. un geste qui aurait irrité l’oligarchie de Bujumbura.  De toute évidence Nkurunziza n’a pas soutenu son Ministre. Ce dernier est rentré avec un pincement dans son coeur. Frustré, déçu, Alain Nyamitwe est rentré avec une rancoeur contre Nkurunziza Pierre.

Mais alors la question que d’aucuns se posaient ce matin à Bujumbura était celle de savoir les raisons qui avaient poussé Alain Nyamitwe à vouloir quitté le navire Nkurunziza à son insu. Il semblerait que ce produit des jésuites supporte de plus en plus très mal le mauvais rôle que Nkurunziza lui fait jouer: celui d’être l’avocat du diable devant la communauté internationale. En effet Nkurunziza qui a décidé de ne plus rencontrer les diplomates ou les envoyés spéciaux a confié la besogne à l’ambassadeur Nyamitwe Alain. Ce dernier est obligé de défendre les hérésies et les attaques grotesques de Gélase Ndabirabe contre la communauté internationale.

Signalons à toutes fins utiles que le même Ndabirabe Gélase avait menacé à mort Willy Nyamitwe quand il avait osé, en coulisse, demandé pardon à RFI pour le mauvais traitement que les forces de l’ordre avaient infligé au journaliste Esdras Ndikumana le 2 août 2015. Ndabirabe avait clairement signifié au porte-parole de Nkurunziza qu’il allait le fusiller s’il mettait les pieds à la permanence du parti CNDD-FDD à Kigobe. A cette époque le frère d’Alain Nyamitwe a présenté sa démission à Nkurunziza. Mais ce dernier a refusé cette démission. L’ambassadeur Alain Nyamitwe serait-il lui aussi contrarié au point de vouloir claquer la porte? Une chose est certaine, dans la galaxie du despote Nkurunziza, tout le monde n’est pas d’accord avec la folie meurtrière qui sème la désolation au pays. La fronde PPD conduite par l’honorable Léonidas Hatungimana, ancien porte-parole de Nkurunziza risque de saigner encore le camp Nkurunziza pour le grand bonheur du peuple burundais en général et du CNARED-GIRITEKA en particulier.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.