Articles

Nkurunziza Pierre, une Arme de Destruction Massive.

Quand le président sortant Pierre Nkurunziza demande un troisième mandat au prix du sang, la question qui revient sur toutes les lèvres, y compris parmi ses pairs, est celle de savoir la raison de cette obstination avec un bilan largement négatif.
« Bilan largement négatif », est un euphémisme, car l’action de Pierre Nkurunziza, pendant ces dix ans, est pire. pendant une décennie Nkurunziza a brillé par la destruction de tous les secteurs de la vie nationale. A ce titre
1. Nkurunziza a détruit la démocratie par la destruction des partis politiques, la destruction de la presse et de la société civile;
2. Nkurunziza a détruit l’économie burundaise par une corruption hors pair, la concussion et le trafic d’influence jamais égalés; Nkurunziza a détruit la monnaie burundaise qui devient dans la région une monnaie de singe;
3. Nkurunziza vient de détruire les corps de défense et de sécurité, socle de la stabilité du pays. Il vient de transformer ces corps en une milice au service d’un groupe mafieux. Il a osé déclarer haut et fort qu’il détruira certaines unités de l’armée, une tâche qu’il est en train d’accomplir avec brio par des mutations irréfléchies et ethniques;
4. Nkurunziza est en train de détruire les excellentes relations diplomatiques que le Burundi a toujours eu aves la communauté internationale. Il est en train de réussir avec brio l’isolement diplomatique du Burundi.

5. Plus grave et plus triste, Nkurunziza vient de détruire le CNDD-FDD; hier, ce parti  de libération adulé est devenu un cauchemar pour une grande majorité de burundais. Du parti de libération Nkurunziza l’a fait passé pour un club d’aliénation du peuple burundais. Quel dommage!
En tout état de cause, Nkurunziza est devenu une arme dangereuse de destruction massive. La seule chose qu’il est en train de réussir c’est la multiplication des camps de réfugiés des burundais dans tous les pays limitrophes du Burundi; c’est aussi les tombes des compatriotes assassinés par ses miliciens.
Dès lors, un troisième mandat pour parfaire cette destruction est une provocation inadmissible; une mascarade électorale pour reconduire cette machine de destruction massive est une déclaration de guerre contre le peuple burundais.
(Sé) Pancrace CIMPAYE.