Articles

Nkurunziza Pierre échappe à une attaque au mortier.

La nuit d’hier a connu dans la capitale de Bujumbura  un concert des armes sans précédent. Le premier foyer du dialogue des armes était localisé dans les quartiers Nord de Bujumbura. En effet un groupe de combattants a attaqué simultanément trois positions de la police-milice de Nkurunziza. Il s’agissait des positions de la zone Cibitoke, celle du Lycée municipale de Cibitoke et la position du centre Jeunes Kamenge. Cette attaque qui a commencé à 20h30 s’est terminé à 23 heures. D’une source de la police, Nkurunziza a perdu 17 hommes. Du côté de ces combattants on déplore un mort et trois blessés.

Alors que Nkurunziza était absorbé par cette attaque de Cibitoke et de Kamenge, une attaque fulgurante a frappé son palais. Ainsi trois mortiers 82 ont été largués sur le palais présidentiel. Deux mortiers ont atteint la cible pendant qu’un troisième est tombé dans les parages du palais. La garde de Nkurunziza  déboussolée a  alors ouvert le feu dans tous les sens; des tirs à la mitrailleuse ont été perçus à Kiriri.

On ignore encore les dégâts causés par ces deux mortiers. Mais le despote Nkurunziza qui a passé une nuit blanche a tôt le matin pris le chemin de Gitega. Il est allé se cacher au palais de Gitega, situé au centre du Burundi. Mais avant de partir pour Gitega, il a déployé un bataillon de sa garde dans Bujumbura rural pour débusquer ce mortier 82 sans succès. Ces hommes ont sillonné Bujumbura Rural depuis 6 heures du matin jusqu’à 13 heures, mais ils sont rentré bredouille; ils n’ont pas mis la main sur ce mortier.

La rédaction de Mpore Burundi a essayé d’identifier les hommes qui ont mené ces deux attaques. Mais les intéressés ont répondu que leur identité sera porter à la connaissance des burundais prochainement. Cependant le porte-parole de ce front a précisé l’objet de leur lutte: » Nous avons pris la résolution de faire recours au langage que Nkurunziza comprend mieux, celui des armes. Nous devons résister contre cette tyrannie  de Nkurunziza qui sème la mort et la désolation. Notre combat est noble est légitime. Nous le mènerons jusqu’à la résurrection de la démocratie et de l’Etat de droit au pays. Ntantambwe azoduterana!( il ne fera pas un pas en avant) ».

Nkurunziza Pierre devrait revenir à la raison à temps, et privilégier les négociations avec le CNARED. Refuser cette voie ouvre la voie à une guerre civile. Nkurunziza en portera toute la responsabilité. Et l’histoire le jugera en conséquence.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.