Articles

burundidrapo

« LE BURUNDI N’EST PAS LE BURKINA FASO! »

Le chef d’Etat Major Général de l’armée burundaise et le Directeur Général de la police respectivement le général Major Prime Niyongabo et le Commissaire de Police Principal André Ndayambaje ont sorti ce 23 décembre 2014 un communiqué malencontreux où ils déclarent haut et fort qu’ils sont au service du seul parti présidentiel CNDD-FDD et non au service de tout le peuple burundais. Prenant fait et cause pour le CNDD-FDD, ils ont ouvertement menacé l’opposition qui ne demandait que des élections dénuées de toute fraude.

Dans leur élucubrations pamphlétaires les deux hauts gradés, comme les nomme mon confrère Rukindikiza Gratien, ont déclaré à tort que « le Burundi n’est pas le Burkina Faso »!  Voulaient-ils se donner bonne conscience? Certainement. Car, dans son article « Les leçons de Ouaga »,  Jeune Afrique no.2809 conclu que  » la poignée des chefs d’Etat confrontés au même défi constitutionnel que Blaise Compaoré (ont) été ébranlés par la chute brutale de ce dernier… Le test burkinabé a été vécu par eux comme un avertissement sans frais, et par les opposants comme une source d’inspiration. » Plus loin le journal cite le cas du Burundi en ces termes « Le prochain test-le Burundi, où Pierre Nkurunziza souhaite se succéder à lui même en interprétant à sa manière la constitution- est dans neuf mois ». L’autre comparaison que nos deux nouveaux  porte parole du CNDD-FDD devraient retenir est que Compaoré tout comme Nkurunziza refusait de recevoir les diplomates ou les conseillers qui lui recommandait de laisser tomber le troisième mandat.

Cependant une différence notable entre le Burkina Faso et le Burundi crève les yeux. Et pour cause Blaise Compaoré était présenté par le même journal, comme un fin stratège qui a passé près de la moitié de sa vie au pouvoir, toujours informé de ce qui se trame aux quatre coins du continent. Mais je ne citerai pas les mêmes qualités du côté Burundais. En outre une différence majeur que le général major Prime Niyongabo doit retenir est que l’armée burkinabaise est uni. C’est d’ailleurs pour préserver cette unité de l’armée que le Général Honoré Nabéré Traoré, chef d’Etat -major des armées ainsi que le tout puissant général Gilbert Diendéré, commandant du Régiment de la Sécurité Présidentielle et coordinateur des services de renseignements ont refusé d’exécuter les ordres du président Compaoré. Pour eux le choix est clair  » l’essentiel est de préserver l’unité de l’armée ». Est ce que Prime Niyongabo et Ndayambaje peuvent confirmer que cette unité existe au sein des corps de défense et de sécurité surtout en ce moment de crise politique latente? Je répondrai par la négative.

Dès lors il serait sage de cesser de travestir votre noble mission de gardien du temple Burundi en refusant ce nouveau rôle de porte parole du CNDD-FDD. Même Onésime Nduwimana, le préposé à ce poste, parle de moins à moins! Hatungimana Léonidas, le porte parole du président Nkurunziza est aux abonnés absents! Prenez plutôt un avion vers Ouagadougou où vous aurez des choses à apprendre au près de généraux Traoré et Diendéré. L’ADC-IKIBIRI conscient qu’après le Burkina Faso, c’est le Burundi, il a déjà dépêché un émissaire à Ouaga. A vous le tour, mon Général! « N’attendez à demain »,comme dirait ce poète!

Pancrace CIMPAYE

013112014122733000000JA2809p034

Chasser les dictateurs: Mode d’emploi pour l’opposition burundaise

Bjr à tous,

 

Pour ceux qui n’ont pas un compte Facebook, vous ratez en temps réel beaucoup d’informations, c’est pour cela que je pense à vous en vous envoyant cet article :

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2809p020.xml0/#.VGxR-NRAsbI.twitter