Articles

Le suicide politique de Rwasa

Faut-il en rire ou avoir la chair de poule? Tel est la question qui était sur toutes les lèvres des burundais qui ont suivi le débarquement de Rwasa Agathon à l’hémicycle de Kigobe ce lundi 27 juillet 2015. Pour ses fidèles, ceux-là même qui ont tout perdu en défendant bec et ongles Rwasa jusqu’au moment où nous rédigeons cet article, ils croient que c’est une sosie de Rwasa. Et pour preuve, lisez quelques unes de leur réactions:

« Jamais au grand jamais, umutama wacu ntiyovyubahuka ( notre sage ne peut pas oser)! »

« Rwasa ne peut pas oser nous trahir! Rwasa ne peut pas poignarder dans le dos les veuves et les orphelins qui ont perdu les leurs par la folie meurtrière de Nkurunziza »

« Non, c’est un mensonge, il n’est pas assis à la droite du tirant Nkurunziza! ».

Pourtant Agathon Rwasa qui criait sur tous les toits qu’il ne reconnaissait pas les élections organisées en solo par Nkurunziza en violation de l’esprit et de la lettre de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation a intégré les institutions issues de cette mascarade électorale.

C’est un gros risque, une lourde responsabilité ou plutôt  irresponsabilité qu’il a prise qui risque de lui coûter cher. A ce titre  entre lui et la base le divorce sera consommée et sa crédibilité consumée. D’un autre côté Nkurunziza qui n’a pas hésité d’humilier, de détruire et de jeter comme un malpropre son partenaire UPRONA, ne fera pas de détails quand viendra le moment de jeter dehors Rwasa. Et comme ils ont assassiné Datus, l’inséparable de Rwasa, en accusant Aimé Magera, ou assassiné Zedi Feruzi en accusant Chauvineau Mugwengezo, ainsi  Nkurunziza n’hésitera pas de liquider  Rwasa pour accuser par suite sa base mécontente ou l’opposition trahies.

En tout état de cause Rwasa Agathon en acceptant de communier avec le tirant Nkurunziza qui a assassiné tant de militants du FNL, devient collégialement responsable de ces assassinats. En substance le même Rwasa aux côtés de l’homme qui a brigué un troisième mandat illégal devient complice de  cette violation  de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi. En intégrant le parlement de Nkurunziza, Rwasa vient de se mettre la corde au coup. Un suicide politique de mauvais goût. Mais un bon débarras pour l’opposition. Comment en est-il arrivé à ce suicide? Quel est le vraie vvisage de Rwasa? Nous vous donnerons dans nos éditions ultérieures les témoignages de ses anciens compaggnons. (Dossier à suivre)

Nyabenda Caton.