Articles

La force des armes et non des urnes.

Nkurunziza obnubilé par sa reconduction de demain 21 juillet 2013 a claqué la porte des négociations avec l’opposition ce dimanche 19. Pour  l’oligarchie de Nkurunziza, le train de la mascarade électorale qui a débuté le 29 juin doit poursuivre sa route. Ainsi donc demain le despote Nkurunziza va s’autoproclamer « Président à vie du Burundi ».

Mais que se passe t-il dans la tête de Pierre Nkurunziza et ses mousquetaires? L’histoire de ce troisième mandat et de la présidence à vie étaient programmés d’avance. En effet à la veille des élections de 2010, Alain Guillaume Bunyoni, le bras droit de Nkurunziza, confiait à quelques fidèles ceci: « Nous n’avons pas été au maquis pour diriger cinq ans seulement! ». Après 10ans de règne, le même refrain revient « Nous n’avons pas été au maquis pour diriger 10 ans seulement! »

En 2010, cette oligarchie, aidé par le célèbre informaticien ivoirien Aidara Sheriff, devenu par la suite ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire du Burundi en Côte d’Ivoire, a truqué les élections et a gagné le pari de demeurer au pouvoir. Cette année, la même volonté de rester au pouvoir va être définitivement concrétiser par la mascarade électorale de demain.En 2020, le même Nkurunziza redira « Nous n’avons pas été au maquis pour diriger 15 ans seulement! » Ainsi de suite.

Ce crédo du passage au maquis qui revient de façon récurrente signifie que Nkurunziza et sa clique ne quitteront pas le pouvoir par la voie des urnes. Seule la voie par la quelle ils sont passé, le maquis, est autorisé à les mettre sur la touche. En définitive « ils sont au pouvoir par la volonté des armes, ils ne partiront que par le coup des mêmes armes ». Autant dire qu’ils ont enterré dès leur arrivée toute idée d’une alternance via les urnes. Seule la force des armes et non celle des urnes compte. Aux armes citoyens…!

Nyabenda Caton.