Articles

NKURUNZIZA Pierre, l’autre victime du troisième mandat.

Alors qu’il était Ministre d’Etat chargé de la bonne gouvernance et de l’Inspection générale de l’Etat, Pierre Nkuruniza a informé le président Ndayizeye qu’il possède une défaillance psychologique qui l’empêche de se suivre tout le Conseil des ministres. Il devait par la suite demander une dérogation de quitter le conseil des ministres, avant sa fin,pour aller jouer ou nager. Nkurunziza a gardé la même pratique  même quand il était président de la République.

Aujourd’hui avec son troisième mandat de malheur, il a perdu son mentor, le Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana. Une perte qu’il faut mettre dans le registre des victimes du troisième mandat. Cette perte aurait affecté Nkurunziza au point que sa défaillance psychologique s’est accentué. Autiste au drame qui frappe le Burundi, il serait devenu bipolaire! Ces troubles sont très aigues ces derniers jours. En effet, le Nkurunziza Pierre, incapable de s’asseoir dans un Conseil des Ministres pendant plus de quatre heures supportent très mal que la sécurité lui interdise ses bains de foule favoris!  En outre Nkurunziza Pierre est au bord de la dépression quand son cortège doit rouler à tombeau ouvert, à une vive allure qui oscille autour de 180km par heure. Au delà de cette vitesse, Nkurunziza Pierre qui a besoin de l’espace pour déstresser supporte mal qu’il soit retranché dans son palais de Ngozi; pour des raisons de sécurité, il a déserté le palais de Kiriri. Pour résumer la détresse de l’ancien Président Nkurunziza Pierre, une source proche de sa galaxie confiait en kirundi ceci  » …ari mugusara kubera atagishobora kuja mubikorwarusangi vya samedi! »( …il est au bord de la dépression nerveuse à cause de l’incapacité de pouvoir participer aux travaux communautaires de samedi).

En tout état de cause Nkurunziza Pierre devrait comprendre que ce troisième mandat qui tue, ce troisième mandat qui exile des milliers de burundais, ce mandat qui détruit les corps de défense et de sécurité, ce mandat qui détruit la presse privée, ce mandat qui détruit la société civile, ce mandat qui isole le Burundi, finira par le rendre fou!

Nyabenda Caton.