Articles

Monsieur Pierre Nkurunziza échappe à un complot à Rumonge.

Nous l’avions déjà évoqué, Monsieur Pierre Nkurunziza est l’autre victime collatérale du troisième mandat. A ce titre nous avions souligné le fait qu’il est devenu prisonnier de sa sécurité. Il ne sait plus faire un pas sans ses chiens de garde; finis les bains de foule tant adulé par le président à vie du Burundi.

Ce  vendredi, journée internationale de l’alimentation, il avait prévu de se rendre à Rumonge, mais avant hier tard dans la nuit la sécurité lui a intimé l’ordre de ne pas se rendre à Rumonge. Pourtant toute la province de Rumonge  était au courant que Monsieur Pierre Nkurunziza allait présider ces cérémonies. Butore Joseph a été dépêché in extremis en lieu et place de Nkurunziza.

Le complot de Rumonge.

Pourquoi Nkurunziza a été sommé de s’absenter à Rumonge? Un complot visant son élimination physique aurait été concocté par certains éléments de l’armée rentrés de l’AMISOM en Somalie sans avoir touché leur solde pendant 9 mois. En effet les militaires en Somalie viennent de passer 9 mois sans être payés alors que l’Union Européenne a toujours versé cette solde chaque mois. Du reste tous les autres contingents des autres pays sont payés régulièrement. Le détournement de cette solde des militaires burundais a été effectué à l’insu du Chef d’Etat Major de l’armée. Les principaux artisans de l’opération sont feu Adolphe Nshimirimana, Alain Guillaume Bunyoni, Tabu Abdallahet Pierre Nkurunziza. Le Général-Major Prime Niyongabo  qui est au courant de cette colère des militaires de l’AMISOM, n’avait cessé de répéter à Bunyoni que cette solde risque de causer un malheur au pays. Dès lors les deux hommes se regardent en chiens de faïences, une tension qui était perceptible déjà dans les derniers jours de Nshimirimana Adolphe.

Le malheur a failli arrivé ce vendredi 16 octobre.D’une source de la garde rapprochée de Nkurunziza, avant hier soir, une information faisant état d’un complot contre Nkurunziza le lendemain à Rumonge a été rapportée au palais. C’est ainsi qu' »on nous a signifié que le déplacement vers Rumonge était annulé sans plus de détails. » La même source confie que l’information de ce complot circule sous le manteau. La hiérarchie préfère cacher un complot consécutif à un malaise provoqué par un détournement de la solde du contingent burundais en Somalie. Ils ne pourront pas arrêtés tous les militaires qui ont été en somalie. Ils sont nombreux!

Au demeurant Nkurunziza Pierre est pris à son propre piège. Désormais il a un autre front, celui de ses militaires à qui il a volé une solde de neuf mois. Pauvre Nkurunziza!

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

Nkurunziza Pierre échappe à une attaque au mortier.

La nuit d’hier a connu dans la capitale de Bujumbura  un concert des armes sans précédent. Le premier foyer du dialogue des armes était localisé dans les quartiers Nord de Bujumbura. En effet un groupe de combattants a attaqué simultanément trois positions de la police-milice de Nkurunziza. Il s’agissait des positions de la zone Cibitoke, celle du Lycée municipale de Cibitoke et la position du centre Jeunes Kamenge. Cette attaque qui a commencé à 20h30 s’est terminé à 23 heures. D’une source de la police, Nkurunziza a perdu 17 hommes. Du côté de ces combattants on déplore un mort et trois blessés.

Alors que Nkurunziza était absorbé par cette attaque de Cibitoke et de Kamenge, une attaque fulgurante a frappé son palais. Ainsi trois mortiers 82 ont été largués sur le palais présidentiel. Deux mortiers ont atteint la cible pendant qu’un troisième est tombé dans les parages du palais. La garde de Nkurunziza  déboussolée a  alors ouvert le feu dans tous les sens; des tirs à la mitrailleuse ont été perçus à Kiriri.

On ignore encore les dégâts causés par ces deux mortiers. Mais le despote Nkurunziza qui a passé une nuit blanche a tôt le matin pris le chemin de Gitega. Il est allé se cacher au palais de Gitega, situé au centre du Burundi. Mais avant de partir pour Gitega, il a déployé un bataillon de sa garde dans Bujumbura rural pour débusquer ce mortier 82 sans succès. Ces hommes ont sillonné Bujumbura Rural depuis 6 heures du matin jusqu’à 13 heures, mais ils sont rentré bredouille; ils n’ont pas mis la main sur ce mortier.

La rédaction de Mpore Burundi a essayé d’identifier les hommes qui ont mené ces deux attaques. Mais les intéressés ont répondu que leur identité sera porter à la connaissance des burundais prochainement. Cependant le porte-parole de ce front a précisé l’objet de leur lutte: » Nous avons pris la résolution de faire recours au langage que Nkurunziza comprend mieux, celui des armes. Nous devons résister contre cette tyrannie  de Nkurunziza qui sème la mort et la désolation. Notre combat est noble est légitime. Nous le mènerons jusqu’à la résurrection de la démocratie et de l’Etat de droit au pays. Ntantambwe azoduterana!( il ne fera pas un pas en avant) ».

Nkurunziza Pierre devrait revenir à la raison à temps, et privilégier les négociations avec le CNARED. Refuser cette voie ouvre la voie à une guerre civile. Nkurunziza en portera toute la responsabilité. Et l’histoire le jugera en conséquence.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.

elhadj

Radjabu évadé, sale temps pour Nkurunziza!

Comme si la note du général Major Godefroid Niyombare ne suffisait pas pour donner des cauchemars à Pierre Nkurunziza, Hussein Radjabu, l’ancien président du CNDD-FDD vient de s’échapper, en complicité avec la police, de la prison de Mpimba.
Rappelons que ce prisonnier politique venait de passer 8 ans à la prison de Mpimba. La douleur de cet emprisonnement de 8ans est une force qui va donner du fil à retordre au numéro un burundais qui a d’énormes difficultés à contenir la fronde interne au système CNDD-FDD.L’ancien homme fort du CNDD-FDD serait sorti avec son compagnon d’infortune Ribakare Baudouin alias Ndindi et trois policiers qui gardaient la prison.
Comme certaines prophéties le prédisaient, du sang va couler dans ce pays; avant hier l’épouse du Général Niyombare, la députée Spès Niyonkuru a échappé à une tentative d’assassinat à l’alimentation Fée du Logis, en plein centre ville de Bujumbura. Le boucher KAZUNGU était le chargé de cette sale besogne.
Cette sortie d’Hussein Radjabu, en ce moment précis est un cauchemar pour Nkurunziza et ses proches. C’est le début d’une fin programmée du règne de Nkurunziza. Une fin qui risque d’être tragique. Sale temps pour Nkurunziza.

Amandla…Ngawetu