Articles

Pierre NKURUNZIZA: un footballeur rancunier.

C’est l’histoire vraie d’un chef d’Etat burundais qui est arrivé au pouvoir avec un ballon de football pour charmer les burundais les plus sceptiques. La stratégie était imparable tellement le football à travers le monde fait vibrer les cœurs, mêmes des frères ennemis s’embrassent quand le ballon rond fait vibrer la lucarne adverse. Le foot est un bon levain pour la réconciliation; le foot est un très bon créneau pour la communication.
Le président Nkurunziza l’avait compris. C’est ainsi qu’il joue tous les jours avec un club à lui, « Alléluia FC ». Dans ses nombreux déplacements à l’intérieur du pays, des matchs sont organisés localement contre son club. Mais là où le bas blesse, c’est la façon dont cet amoureux du foot traite les figures de proue du football burundais.
Le cas le plus emblématique est l’emprisonnement de cet entraineur de football burundais qui avait longtemps évolué en Allemagne. Monsieur Ribakare Baudouin alias NDINDI pour les intimes ou « Cocher » est emprisonné arbitrairement dans un dossier purement politique. La question que tout le monde se pose est celle de savoir pourquoi, le président Nkurunziza,amoureux du foot peut ne pas avoir une compassion ou l’empathie pour NDINDI, qui a entraîné l’équipe nationale de football!
Le deuxième cas est celui d’un grand nom du football burundais, Malik Jabil. Une star de son temps! Cet homme qui a rehaussé de son talent prodigieux le football burundais était devenu agent de la douane. Mais avec la restructuration du service, il est tombé au chômage. Des amis lui ont alors suggéré d’aller jouer de temps en temps dans l’équipe du président Nkurunziza, espérant que par cette occasion, le chef allait faire un geste à Malik. Malheureusement, les mêmes amis, très déçus ont constaté avec amertume que le Président Nkurunziza se moque plutôt de ce malheureux père de famille démuni. L’un d’eux me confiera ceci  » Pancrace, c’est étrange, nous avons l’impression que le président voudrait montrer à Malik que c’est la revanche de l’histoire, que Malik n’est plus cette star adulée par tout Bujumbura mais que c’est le tour de Nkurunziza! ». Quel dommage!
Le troisième cas pathétique est celui de deux citadins, anciens étudiants de l’université du Burundi. Ces deux footballeurs qui ont eu à l’époque la malheureuse idée de ne pas aligner Pierre Nkurunziza dans l’équipe « Rumuri » de l’université du Burundi pour des mobiles régionalistes ( Nkurunziza mtoto wa birimani= Nkurunziza qui n’était pas citadin), le président Nkurunziza s’en est souvenu et l’a fait savoir à qui de droit. Le président footballeur devait confier que tant qu’il sera Président de la République du Burundi, Dominique et Moses n’auront aucun cadeau dans le monde du football burundais!
Drôle d’homme d’Etat qui a la mission de réconcilier le peuple burundais! Avec cette rancune primaire, imaginez chers compatriotes, le sort qu’il réserverait au Général Niyombare et la fronde s’il était réélu pour la troisième fois!

Pancrace Cimpaye.