Articles

USA-Bunyoni: les sanctions qui font mal!

Les Etats-Uis d’Amérique ont pris des sanctions contre Alain Guillaume Bunyoni, le numéro deux de l’oligarchie qui sème la désolation au Burundi. Cet homme habitué à se cacher derrière le Lieutenant-Général Adolphe Nshimirimana est aujourd’hui obligé de dévoiler son vrai visage. Ainsi c’est Alain Guillaume Bunyoni qui a remis en scelle le boucher Désiré Uwamahoro en lui confiant l’unité anti-émeute qui n’est qu’une unité pour massacrer les nombreux burundais opposés au troisième mandat de Nkurunziza. Rappelons que l’ancien Ministre de la Sécurité Publique, Gabriel Nizigama, avait refusé de reprendre Désiré Uwamahoro dans son département ministériel. Et pour cause disait-il  » Je ne peux pas donner du travail à ce voyou ».

Il avait raison Gabriel Nizigama » le voyou » ou le sanguinaire Désiré Uwamahoro qui est tellement cruel pour avoir tiré une roquette sur un bus rempli de civils qui rentraient d’un enterrement le 31 octobre faisant 16 morts sur le champ ne mérite pas de faire partie de la police. Rappelons que ce jour-là Désiré Uwamahoro est allé achever les rescapés dans les différents centres de santé. Ce personnage aux mains pleins de sang, Bunyoni l’a quand même ramené pour tuer en son nom!

Quoi de plus normal que les Etats Unis d’Amérique le mettent sur la liste noire. La bonne nouvelle est que contrairement aux déclarations officielles de l’intéressé qui estime que ces sanctions ne lui font ni chaud ni froid, il broie du noir. Ces sanctions l’ont fortement déstabilisé. A ce propos, Bunyoni pousserait Nkurunziza aux négociations afin que l’épée de Damoclès des sanctions puisse disparaître. Dans son petit coin, Alain Guillaume Bunyoni refuserait d’être la seule victime du noyau dure qui soit poursuivi par la communauté internationale; au besoin il est prêt à amorcer des contacts officieux afin d’accélérer les négociations avec le CNARED à l’étranger.

A côté de ce deuxième personnage de la dictature de Bujumbura, toute la galaxie de Nkurunziza a la frousse des sanctions. C’est pour échapper à cette liste noire que certaines personnes ont été mises sur la liste des négociateurs avec l’Union Européenne. Ainsi pendant trois mois que dureront les négociations, ces personnes bénéficieront d’un sursis. C’est cynique ou drôle de venir se cacher à l’union Européenne pour échapper aux sanctions de la communauté internationale!

En définitive, la dictature de Bujumbura n’est pas si toute puissante comme  Gélase Ndabirabe semble l’accréditer. Elle est sensible, très sensible aux sanctions! Elle redoute la main de la justice internationale à tel point que pour voyager en occident aujourd’hui, certains préfèrent se rassurer d’abord qu’ils ne font pas partie de la liste noire. Effectivement cette liste des Bunyoni n’est pas exhaustive. Les auteurs du drame burundais sont légion.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.