Articles

RED-TABARA attaque:Encore des militaires de trop tués à Nyamitanga

Cette nuit du 19 au 20 Octobre 2018 un groupe armé  a mené une attaque meurtrière sur la position de Nyamitanga.Contrairement à ce qui a été rapporté tôt ce matin par certains responsables de l’armée,  pris de court, cette unité de plus de 60 hommes a perdu plusieurs dizaines de militaires sans compter les blessés. « Les assaillants ont même eu le temps de vider le centre de santé de tous les médicaments. C’est dire que la surprise était de taille et les dégâts conséquents », confie une source sur place. La même source  précise que les assaillants appartiennent au groupe rebel RED-TABARA;  ces derniers ont tenu à rassurer les civils terrorisés et préciser que leur mouvement ne s’en prend jamais aux civils!

Que retenir de cette deuxième attaque de la rébellion dans l’intervalle d’un mois? Au moment où Monsieur Pierre Nkurunziza tente de boycotter les pourparlers d’Arusha prévus du 24 au 29 octobre, il doit comprendre qu’il est en train d’ouvrir un très grand boulevard à une opposition armée. Le message de ces attaques est un signe évident que Monsieur Pierre Nkurunziza qui est le produit, une résultante de la lutte armée est en train de mettre les mouvements armés comme RED-TABARA sur ses traces de 1995. Et au sein de ces mouvements, il sied de rappeler que des dizaines d’officiers généraux, supérieurs ou subalternes de la police et de l’armée burundaise, qui ne sont pas encore à la retraite sont à l’exil. Un jour ou l’autre, de gré ou de force, ils devront rentrer et intégrer les forces de défense et de sécurité burundaises.

En tout état de cause ,aujourd’hui,Monsieur Pierre Nkurunziza est en train de réunir parfaitement les mêmes mobiles qui l’ont poussé à prendre le chemin du maquis en 1995. Quel dommage qu’il ait oublié complètement cette lutte pour la Défense de la Démocratie! Quel dommage que le goût des sirènes du pouvoirs l’obligent à sacrifier hier, les vies des militaires à Gatumba et aujourd’hui à Nyamitanga!  A 12heurs, heure de Bujumbura, un bataillon de l’armée burundaise venu tardivement en renfort est toujours en train de larguer des bombes sur les assaillants en retraite.

(Sé) Pancrace Cimpaye

COMMUNIQUE DE PRESSE CONTRE LA SUPERCHERIE DU FOREBU

Le 22 janvier 2016, le mouvement FOREBU s’est attribué une attaque qui avait été menée par les
vaillants combattants de RED-TABARA. Nous avions donné une sévère mise en garde contre une telle
supercherie. Ce samedi 6 Février 2016 nous venons d’apprendre avec regret que le même mouvement
vient de récidiver en s’attribuant les attaques d’hier à Cibitoke à la 14è avenue et de Kikoto en zone
Musaga. Dans ce dernier cas le mensonge est tellement grossier que le FOREBU déclare avoir tué 5
policiers alors que l’attaque que RED-TABARA a menée concernait une position militaire. C’est trois
militaires qui ont été tués et 6 blessés.
Le mouvement RED-TABARA supplie le FOREBU de cesser ce spectacle désolant qui n’honore pas
notre lutte. Le FOREBU devrait compter sur ses propres forces et non sur celles de notre mouvement.
Fait à Mwumba, le 6 février 2016
Pour RED-TABARA,
Ihotorihirwa David
Porte-parole.

RED TABARA: COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF A LA VISITE DU CONSEIL DE SECURITE.

Du 21 au 22 janvier 2016, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a effectué une visite au Burundi . Cette visite  avait pour objet de demander à la dictature de Bujumbura d’autoriser le déploiement du contingent africain au Burundi, de rejoindre la table de négociations avec l’opposition en exil et de permettre une enquête sur  les cas de violation des droits de l’homme.

Malheureusement, le pouvoir de facto de Bujumbura a rejeté du revers de la main les trois requêtes. C’est dire que le despote Nkurunziza vient de demander au monde entier de circuler qu’il n’y a rien à voir au Burundi ! Par ce rejet Monsieur Pierre Nkurunziza vient de confirmer  la poursuite des massacres du peuple burundais.

Dès lors le mouvement RED-TABARA  demande au Conseil de Sécurité des Nations Unies, à l’Union Africaine et spécialement aux pays de la Communauté Est Africaine de considérer Monsieur  Pierre Nkurunziza comme les despotes  Idi Amin Dada, Milton Oboté de l’Ouganda, Jean Bedel  Bokasa de la République Centre africaine, Juvénal habyarimana du Rwanda. Le despote Nkurunziza veut mettre le Burundi à feu et à sang.

En conséquence, le mouvement RED-TABARA, convaincu que Nkurunziza veut plonger le Burundi dans le chaos, ne ménagera aucun effort pour combattre militairement cette menace qui pèse non seulement sur le Burundi, mais aussi sur toute la sous- région. Nous demandons au monde entier de comprendre que Pierre Nkurunziza est devenu une menace pour toute la région des Grands Lacs africains.

Fait à Mwumba, ce 23 Janvier 2016

Pour RED-TABARA,

David IHOTORIHIRWA

Porte-Parole.

RED-TABARA: un nouveau front armé.

Hier le 4 janvier 2016, le 31 décembre 2015, Bujumbura a subit des attaques d’un mouvement armé dénommé  » Résistance pour un Etat de Droit au Burundi », RED-TABARA en sigle. Ce mouvement armé qui vient s’ajouter au FNL du Général Nzabampema Aloys et au FOREBU revendiqué par le Lieutenant-colonel Edouard Nshimirimana, démontre que si Nkurunziza Pierre continue à saboter la voie des négociations politiques, des burundais sont résolus à résister à son plan macabre d’exterminer toute voix discordante à sa dictature. « En l’absence de l’intervention d’une force africaine ou onusienne pour arrêter les massacres de Pierre Nkurunziza, RED-TABARA a le devoir de protéger  le peuple burundais qui est pris en otage par un régime sanguinaire sans foi ni lois », telle est la substance du message que le commandant de RED-TABARA a confié à notre rédaction, nous y reviendrons en détails.

Entre temps, le rendez-vous du 6 janvier à Arusha n’est pas à l’ordre du jour. Pourtant les burundais y avaient cru. Mais Nkurunziza qui, dans son discours de fin d’année a démontré qu’il  se moque des malheurs du peuple burundais, s’amuse à torpiller ce processus de négociations. Voudrait-il imposer une autre guerre civile au Burundi? Cette option risque de lui coûter cher. En effet pour le commandant de RED-TABARA,  » Pierre Nkurunziza est un criminel que nous devons capturer et  traîner en justice ». C’est dire que le front armé ne lui fera pas de cadeau!

Andy Nyandwi.