Articles

Tabu Abdallah piège Pierre Nkurunziza.

Le communiqué incendiaire du CNDD-FDD de ce 3 octobre 2015 qui est une déclaration officielle de la guerre contre les tutsi et les hutu de l’opposition a aussi révélé que le pouvoir en place à Bujumbura est économiquement aux abois. Ce marasme économique qui transparaissait déjà dans la décision du Gouverneur de la Banque Centrale, Monsieur Ciza Jean, de saisir de force tous les comptes en devise des particuliers menace très sérieusement le despote Nkurunziza. Ce dernier désemparé, projette de s’en prendre à Tabou Abdallah, son ministre des finances qui l’a roulé dans la farine.

Comment Tabou Abdallah a piégé Nkurunziza?

A la veille du forcing du troisième mandat et de la mascarade électorale, Tabou Abdallah rassure qu’économiquement le Burundi aura des solutions de rechange aux sanctions de l’Union Européenne ou des institutions de Bretton Woods. C’est ainsi qu’il s’est permis de solder tous les comptes en faveur des élections sans consulter le FMI, qui doit préalablement autoriser cette opération. Ce détournement a fortement contrarié le FMI. A côté de ce détournement le brave Tabou Abdallah murmure à l’oreille de Nkurunziza que l’Afrique du Sud avancera de l’argent au Burundi en contrepartie des montagnes de minerais qu’on lui offrira. Mais le Ministre des Mines qui a effectué récemment une mission en Afrique du Sud  pour récolter cette manne est rentré bredouille. L’Afrique du sud n’a pas donné un rond. La troisième source de financement que le brillant Ministre avait fait miroiter était la banque des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et l’Afrique du Sud). Il devait déclarer sans ambages que cette banque allait débourser un prêt de deux cents millions de dollars en faveur du Burundi. Cette banque qui n’est pas encore installé refuse cette aventure. La dernière cartouche que l’argentier burundais avait promis était un financement en provenance des pays arabes. L’homme qui assure d’habitude cette  mission s’appelle Mohamed Rukara qui faisait office de Médiateur burundais. Malheureusement cet ami du monde arabe est aux abonnés absents depuis plus de trois mois. Il s’est mis au vert dans un des pays des Emirats Arabes Unies; histoire de laisser passer la tempête « Troisième Mandat de Nkurunziza ».

En définitive Nkurunziza Pierre réalise  que toutes les sources de financement promises par son Ministre des finances n’étaient que du vent. C’était un conte juste bon pour endormir les enfants. Comment est ce qu’un homme politique peut penser qu’il peut narguer et contourner la Banque Mondiale , le Fonds Monétaire International et l’Union Européenne? Comment peut-il avoir l’illusion de pouvoir bénéficier des financements  opaques qui échappent au créneau de ces institutions financières? Il faut être Pierre Nkurunziza pour croire à ce conte de fée! Tabou Abdallah s’est moqué de son maître! Il l’a eu ! Gélase Ndabirabe et consorts n’ont qu’à s’en prendre à ce spécialiste des financements opaques et non à l’Union Européenne.

(Sé) Pancrace CIMPAYE.