Trafic de drogue, l’autre motif du troisième mandat de Nkurunziza.

Depuis 2005 jusqu’en 2014, le Service national de Renseignement Burundais et la Police des Frontières et des Etrangers avaient saisi une quantité impressionnante de cocaïne et de marijuana. Des sources digne de foi estiment cette quantité à quelques centaines de kilos de cocaïne et de marijuana. Tout ce butin était stocké au Service national des Renseignements.
Cependant au cours de la remise et reprise entre le Lieutenant-Générale Adolphe Nshimirimana et le Générale-Major Godefroid Niyombare, cette quantité de cocaïne n’apparaît nulle part. La drogue a été réexportée. Voilà pourquoi l’aéroport International de Bujumbura a la mauvaise renommée de plaque tournante du trafic de la drogue. Ce commerce étant effectué par certains hommes de la galaxie du Président Nkurunziza.
Tel est l’autre motif qui pousse le président sortant Pierre Nkurunziza à s’accrocher au troisième mandat: défendre et protéger ce butin du trafic de drogue. Voilà l’autre épine dans la botte du Président Nkurunziza, la protection du réseau de ce trafic. Ne soyons pas étonnés qu’il reste sourd aux multiples demandes du monde entier qui exigent son départ au 26 Août 2015. Ce trafic de drogue ligote le président sortant.

Caton Nyabenda

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *